Déesse au pot (IES-NI-5066)

 

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of a goddess holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1910.

 

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Déesse au pot (IES-NI-5066) », Recollecta Aegyptiaca, 18 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1030, accessed 24 octobre 2021.

Pdf:Hartenstein 2021 Déesse au pot IES-NI-5066_2

Figure 1. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, détail de la moitié supérieure. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5066. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1833, IES-Spiegelberg-1833 Inventaire indéterminé : 34 Provenance et contexte : Achat d’objets provenant du Nachlass de M. Heintzeler. Acquise en Égypte vers 1890, puis achetée par W. Spiegelberg pour la collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg en septembre 1910.
Dimensions : H. 14,3 cm. L. 10,1 cm. Ép. 1,1 cm.
Couleur charte Munsell :  Engobe brun 5/4 7.5 YR (brown).
Matériau : terre cuite.
Datation : Époque romaine (2 e-3e siècle).

Description

 Cette figurine a été fabriquée à partir d’un moule univalve : seul l’avant est pourvu de détails, l’arrière est complètement lisse. On peut observer aux jointures des deux faces une barbure (figures 4 et 5) qui se détache en relief du reste de la statuette et dont la largeur, inégale, va jusqu’à 0,6 mm par endroits. Un petit trou d’évent (1,4 cm de diamètre) se trouve au niveau du dos (figures 3, 8 et 9) du personnage et la base de l’objet est ouverte (figure 11). À l’origine, une couche d’engobe de couleur brune recouvrait la terre cuite ; elle est encore visible sur la majorité de la surface de la pièce. On distingue également sur les deux faces des traces de la peinture blanche posée par-dessus l’engobe, notamment dans les creux du relief. L’ouverture de la base permet de voir que de la peinture blanche a également été appliquée à l’intérieur, non engobé, de la statuette. Ce pigment est visible jusqu’au fond de la cavité.

     La déesse, qui repose sur un socle, s’appuie sur le flanc gauche, dans une position semi-allongée, les genoux repliés. Elle maintient contre son corps de la main gauche un pot de forme ovoïde, dans lequel elle plonge l’autre main. Sa coiffure, ceinte d’un bandeau au-dessus du front et surmontée d’une couronne (la couronne blanche de Haute-Égypte, que l’on retrouve fréquemment sur les figurines féminines en terre cuite), est composée de quatre boucles qui retombent de part et d’autre des épaules. Des incisions formant un triangle au niveau de la clavicule représentent probablement un collier (le même type de décor est visible sur des parallèles nus). Un drap ou un vêtement ressemblant à un manteau recouvre les bras de la déesse et est enroulé autour de la taille, dévoilant le nombril. Le tissu repose sur les genoux et cache le sexe, des entailles signalent les plis de l’étoffe.

  Figure 2. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Commentaire

     La provenance de cet objet est inconnue ; W. Spiegelberg indique dans l’inventaire de la collection que le lot de pièces dont fait partie la figurine a été acheté en septembre 1910 par l’Université et constitue le « Nachlass »d’un certain M. Heintzeler, qui avaitacquis vers 1890 ces pièces en Égypte, probablement sur le marché des antiquités. Pour le moment, les circonstances exactes de cette acquisition sont inconnues.

     L’identité de la divinité représentée ici n’est pas certaine ; on la nomme généralement « la jumelle » ou « la sœur » d’Harpocrate, mais elle est parfois considérée comme une forme enfantine de la déesse Isis, comme le suggèrent M. Malaise1 et Fr. Dunand2. Il n’existe que quelques exemplaires de terres cuites figurant un personnage féminin tenant un pot, dans une attitude identique à celle bien connue du dieu Harpocrate3, que l’on trouve également chez certaines divinités du « cercle isiaque », comme Bès. Les déesses des figurines du Louvre4, du musée du Caire5, de la collection Fouquet6 et de la Ny Carlsberg Glyptotek7 (onze pièces en tout) ont toutes la même posture que celle de Strasbourg : une main maintient le pot tandis que l’autre plonge dedans. Elles sont toutes assises les jambes repliées et écartées, nues ou partiellement recouvertes d’un vêtement, et, à l’exception de la pièce strasbourgeoise, le sexe est visible et figuré par un trait vertical, ce qui ne va pas sans rappeler la mise en évidence du pénis démesuré d’Harpocrate, que l’on trouve sur de nombreuses terres cuites. Les éléments de coiffure et de couronne (qui ne sont pas identiques) ne permettent, pas plus que pour la nôtre, de les rapprocher d’une divinité précise. Néanmoins, il est tentant de faire le lien entre cet ensemble de pièces et une figurine en terre cuite du Louvre (n° 228), représentant le dieu Harpocrate tenant un pot, assis à côté d’un personnage féminin aux cheveux bouclés, dans une barque. Tous deux se tiennent par l’épaule et serrent chacun un pot de leur main gauche. La divinité figurant sur cet objet aux côtés d’Harpocrate peut être assimilée à une version féminine de ce dernier, comme le propose P. Perdrizet8, destinée à protéger les petites filles et dont on ne connaît pas le nom. Les huit figurines de la déesse au pot seraient ainsi le pendant de celles d’Harpocrate, et la présence du contenant et du sexe dénudé lui donnerait les mêmes attributions. La poitrine développée qui apparaît sur certaines de ces pièces (Ny Carlsberg Glyptotek n° 34, Collection Fouquet n° 96) ou le fait que les traits de la déesse ressemblent plus à ceux d’une femme que d’une petite fille ne sont pas un obstacle à cette interprétation : il est très courant que le dieu Harpocrate soit représenté comme un homme adulte, mais la mèche de l’enfance ou sa gestuelle (doigt à la bouche) ne laissent aucun doute sur sa nature enfantine.

     Les auteurs des catalogues ont proposé de dater les figurines de la déesse au pot de l’époque romaine (n° 33 et 34 de la Ny Carlsberg Glyptotek, Louvre n° 247). La coiffure en bandeaux ondulés de la pièce strasbourgeoise, composée d’une raie médiane et de boucles en tire-bouchons retombant de part et d’autre des épaules, permettrait de la dater du 2e-3esiècle de notre ère, selon des critères stylistiques proposés par Fr. Dunand9.

Figure 3. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de dos. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Publication de l’objet IES-NI-5066

Parlebas, Jacques, 1973, Antiquités égyptiennes : Strasbourg, exposition à l’Ancienne Douane. 12 juillet – 15 octobre 1973, Strasbourg, p. 57, n° 274.

Bibliographie générale

Dunand, Françoise, 1979, Religion populaire en Égypte romaine : les terres cuites isiaques du Musée du Caire, Leiden (EPRO 76).

Dunand, Françoise, 1990, Catalogue des terres cuites gréco-romaines d’Égypte : Musée du Louvre, département des antiquités égyptiennes, Paris, n° 247.

Fjeldhagen, Mette, 1995, Graeco-Roman Terracottas from Egypt, Catalogue Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague, n° 33 et 34.

Malaise, Michel, 1994, « Questions d’iconographie harpocratique soulevées par les terres cuites d’Égypte gréco-romaines », dans G. Clerc, C. Berger et N. Grimal (éd.), Hommages à Jean Leclant,3, Le Caire (BdÉ106, 3), p. 373-384.

Perdrizet, Paul, 1921, Les terres cuites grecques d’Égypte de la collection Fouquet, Nancy.

Valorisation culturelle

Exposition temporaire au musée d’Histoire Naturelle et d’Ethnographie de Colmar du 06/10/2003 au 04/11/2003.

Figures

Figure 4. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de trois quarts avant gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 5. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de trois quarts avant droite. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 6. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de profil droit. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 7. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de profil gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 8. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de trois quarts arrière gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 9. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de trois quarts arrière droite. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 10. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de trois quarts avant gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 11. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue du haut. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Figure 12. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue du dessous. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

  1. Malaise 1994. []
  2. Dunand 1979, p. 41-42. []
  3. Voir dans ce carnet les notices des objets IES-NI-5065 et 6211. []
  4. N° 247. []
  5. N° 322 à 328. []
  6. N° 96. []
  7. N° 33 et 34. []
  8. Perdrizet 1921, p. 21. []
  9. Dunand 1979, p. 24-25. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.