Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of a bronze plate, with two cartouches in the name of Akhenaton. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1905 in Egypt.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112) », Recollecta Aegyptiaca, 31 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1066, accessed 24 octobre 2021.

Pdf:Hartenstein 2021 Plaque Akhénaton IES-NI-1112_1

 

Figure 1. Plaque en alliage cuivreux au nom d’Akhenaton  IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg

 

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-1112. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1620, IES-Spiegelberg-1620.

Provenance et contexte :

Achat sur le marché des antiquités au Caire en mars-mai 1905 par W. Spiegelberg.

Dimensions : H. 3,9 cm. L. 4,9 cm. Ép. 0,7 cm.
Couleur charte Munsell : 7.5 YR 3/2 (dark brown).
Matériau : Alliage cuivreux (bronze ?).
Datation : Nouvel Empire, an 5 à 18 d’Akhénaton.

Description

Cette plaque comportant deux cartouches aux noms du pharaon Akhenaton est constituée d’un alliage cuivreux et les hiéroglyphes ont été gravés. Seule la marge à droite des cartouches semble d’origine ; celle de gauche et celle du bas (qui préserve les cartouches) sont en dents de scie et non rectilignes. La partie supérieure des cartouches est tronquée, mais les hiéroglyphes sont complets. On observe que l’extrémité inférieure de la plaque est enroulée sur elle-même. De même, dans l’angle en haut à gauche au recto, un petit pan de métal est replié. L’artefact est donc incomplet. Par ailleurs, le départ d’un troisième cartouche à gauche, est visible à deux endroits (voir figure 2).

     La plaque est fissurée deux fois au travers du cartouche de gauche ; sa fine épaisseur la rend très fragile.

Figure 2. Plaque en alliage cuivreux au nom d’Akhenaton  IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Commentaire

   Les deux cartouches gravés sur la plaque strasbourgeoise comportent les noms de fils de Rê (ȝḫ-n-tn) et de nsw.t bty de la seconde titulature d’Akhenaton, qu’il commence à utiliser entre la fin du premier quart de l’an 5 et la fin du premier tiers de l’an 6 de son règne1, après avoir abandonné le nom d’Amenhotep. La présence du nom de fils de Rê sur la plaque permet donc de situer la date de fabrication de notre objet entre l’an 5 et l’an 18 d’Akhenaton. On retrouve l’association de ces deux noms de fils de Rê et de nsw.t bty sur d’autres objets : en effet, au moins trois artefacts trouvés à Amarna par Fl. Petrie (durant les fouilles de 1891-1892) et par L. Borchardt (qui a effectué des prospections sur le site en 1899 et 1907, avant de le fouiller de 1911 à 1914) présentent les mêmes cartouches. Il s’agit de deux stèles2 trouvées dans l’un des palais de la ville et d’une plaque en faïence dont le contexte de découverte précis est inconnu3. Un quatrième objet présente des points de comparaison intéressants avec la plaque strasbourgeoise : il s’agit d’une pièce également en bronze composée de sept fragments formant trois cartouches, un d’Akhenaton (nom de nsw.t bty) et deux du nom dogmatique Aton4. Cette pièce d’ornement (qui était sans doute incrustée dans un élément plus grand, comme une porte) a été découverte en 1912/13 par L. Borchardt à Amarna, probablement en position secondaire dans une habitation. Le cartouche d’Akhenaton et ceux d’Aton se font face en miroir : celui du pharaon se lit de droite à gauche, tandis que ceux du dieu, de plus grande taille, se lisent de gauche à droite. La pièce d’Amarna et la plaque de Strasbourg comportent tous deux le nom de nsw.t bty d’Akhenaton, écrit de droite à gauche. Si les deux pièces présentaient un schéma comparable (mais de directions inverses), on peut imaginer qu’à gauche du cartouche d’Akhenaton au nom de nsw.t bty, sur la pièce amarnienne, se trouvait son nom de fils de Rê, symétriquement aux deux cartouches divins évoquant Aton. De la même manière, sur la plaque strasbourgeoise, on peut se demander si le troisième cartouche, dont une petite partie est visible, de même qu’un quatrième cartouche, qui aurait également disparu dans la lacune, n’étaient pas consacrés au nom d’Aton.

 Figure 3. Détail de la plaque IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg

     Les dimensions réduites de cette plaque (un peu moins de 4 x 5 cm) font penser aux objets caractéristiques que l’on retrouve dans les dépôts de fondation5 des temples ou d’autres monuments (pyramides, pylônes, tombes royales) aux époques pharaoniques et plus tardives, de petites plaques portant le ou les cartouches (gravés ou peints) du souverain initiateur de la construction du bâtiment. Ces ensembles étaient déposés lors de rituels de fondation qui se déroulaient avant et au début des travaux6, dont l’acte de déposer des plaquettes aux quatre angles du monument était une phase centrale. Le dépôt de fondation du Ramesseum (Nouvel Empire), par exemple, comprend entre autres une série de cartouches en faïence au nom de Ramsès II7 et celui du temple de Mout et Khonsou l’enfant de Tanis8(époque ptolémaïque) contient des plaques en différents métaux (or, cuivre, fer), dont une partie est gravée au nom de Ptolémée IV (les autres sont anépigraphes). Il se pourrait donc que la plaque strasbourgeoise fasse partie d’un ensemble comparable. Néanmoins, comme la pièce n’est actuellement pas conservée dans sa forme complète, il est également envisageable que cette plaque ait fait partie d’un objet plus grand, peut-être un élément d’incrustation sur un mobilier en bois, semblable à l’ornement en bronze constitué de trois cartouches au nom d’Akhenaton et d’Aton, cité ci-dessus (dont les dimensions (notamment l’épaisseur) plus grandes ne font pas un parallèle étroit de notre objet).

Figure 4. Négatif sur verre du dépôt de fondation  du temple de Mout à Tanis (archives Mission Montet de l’université de Strasbourg) © Fr. Colin, Université de Strasbourg

     Signalons ici qu’une autre plaque en métal conservée à Strasbourg (IES-NI-1113), au nom d’Amenhotep III, présente un aspect et des dimensions proches de celle d’Akhenaton. Il est tentant d’imaginer que ces deux pièces, achetées en même temps sur le marché des antiquités par W. Spiegelberg en 1905, ont la même provenance et formaient peut-être à l’origine un assemblage. Je développerai dans une autre notice consacrée à la plaque IES-NI-1113 les rapprochements possibles entre ces deux pièces.

     Même si l’origine de la plaque de Strasbourg est inconnue, il est possible qu’elle provienne d’Amarna. Cette hypothèse serait cohérente avec le fait que les noms figurant sur les cartouches sont ceux qu’Akhenaton utilise à partir de la cinquième année de son règne, coïncidant avec la création de la nouvelle capitale. Même si la production d’objets en métaux est aujourd’hui bien connue dans la capitale dédiée au dieu Aton9, Fl. Petrie signale avoir trouvé peu d’objets en métal lors de ses fouilles, essentiellement des outils et des armes10. Les excavations de L. Borchart produisirent des objets de nature plus variée, tels que des figurines, des bijoux11 et la pièce en bronze constituée de sept fragments formant trois cartouches, citée ci-dessus12. Au moment où W. Spiegelberg effectue son achat (1905), les fouilles de Fl. Petrie (en 1891-1892) et celles d’A. Barsanti (en 1896) pour le Service des antiquités sont terminées depuis plusieurs années, tandis que L. Borchardt, accompagné de G. Steindorff, effectuera sa première prospection sur le site en 189913 peu de temps avant l’achat du savant strasbourgeois. Il est possible que la plaque de Strasbourg soit issue d’une de ces campagnes de fouilles, pour se retrouver ensuite sur le marché des antiquités.

Bibliographie

  • Eccleston, Mark, « Metalworking at Amarna: A Preliminary Report », Bulletin of the Australian Centre for Egyptology19, 2008, p. 29-48 (non vidi).
  • Gamelin, Thomas, 2013, « Le rituel de fondation des temples. Jeux d’images et jeux de placement », dans H. Beinlich (éd.), 9. Ägyptologische Tempeltagung : Kultabbildung und Kultrealität, Hamburg, 27. September – 1. Oktober 2011, Wiesbaden, p. 43-56.
  • Hanus, Christina, 2012, « Before and after Amarna: the Beginnings and the Consquences of the Cult of Aten », dans Fr. Seyfried (éd.), In the Light of Amarna. 100 Years of the Nefertiti Discovery, Berlin, p. 32-41.
  • Heinz, Sanda & van der Wilt, Elsbeth, 2019, « Defining the Foundation deposit in the Late and Ptolemaic Periods », JEA 105 (2), p. 227-241.
  • Hertel, Iris, 2012, « Metal Objects in the Berlin Amarna Collection », dans Fr. Seyfried (éd.), In the Light of Amarna. 100 Years of the Nefertiti Discovery, Berlin, p. 120-125.
  • Laboury, Dimitri, 2010, Akhénaton, Paris.
  • Laroche-Traunecker, Françoise, 2020, « Les rituels de construction des temples égyptiens. Gestes représentés sur les parois et actes attestés par des fouilles à Karnak », Archimède 7, p. 76-95.
  • Montet, Pierre, 1960, « Le rituel de fondation des temples », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 104/1, p. 172-180.
  • Montet, Pierre, 1964, « Le rituel de fondation des temples égyptiens », Kémi 17, p. 64-100.
  • Petrie, Flinders, 1894, Tell el Amarna, London.
  • Seyfried, Friederike, 2012, « An Outline of the Research and Excavations History of Tell El-Amarna Pre 1914 », dans Eadem (éd.), In the Light of Amarna. 100 Years of the Nefertiti Discovery, Berlin, p. 42-49.
  • Schmitt, François, 2015, « La semence des pierres: le dépôt de fondation dans l’Égypte ancienne », dans P. Kousoulis & N. Lazaridis (éds.), Proceedings of the Tenth International Congress of Egyptologists: University of the Aegean, Rhodes. 22-29 May 2008, 1, p. 443-458.
  • Schmitt, François, 2017, « Les dépôts de fondation à Karnak, actes rituels de piété et de pouvoir », Karnak 16, p. 351-371.
  • Weber, Anke, 2012, « 3 cartouches of Akhenaten and the Aten », dans Fr. Seyfried (éd.),In the Light of Amarna. 100 Years of the Nefertiti Discovery, Berlin, p. 226-227.
  • Weinstein, James, 1973, Foundation Deposits in Ancient Egypt, Ann Arbor.

 

  1. Laboury 2010, p. 138-143. []
  2. Petrie 1894, PL XII n. 4. []
  3. Petrie 1894, PL XIV n. 47 et Hanus 2012, p. 35. []
  4. Weber 2012. Au sujet du nom dogmatique d’Aton, voir Laboury2010, p. 206-207. []
  5. À propos de la composition des dépôts de fondation, voir notamment Schmitt2 015 et 2017. []
  6. Sur ces rituels, voir Montet 1960 et 1964 ; Heinz & van der Wilt 2019 ; Laroche-Traunecker 2020. []
  7. Collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg, pièces inédites (IES-NI 249 à 263). []
  8. Musée du Louvre E 17462 à E 17494. []
  9. Hertel 2012. Signalons également Eccleston 2008. []
  10. Petrie 1894, p. 31. []
  11. Hertel 2012. []
  12.  Weber 2012. []
  13. Seyfried 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.