Une statuette de sphinx en pierre au nom de Psammétique Ier (IES-NI-5286)

Par Frédéric Colin, Chaire Marc Bloch de l’University of Strasbourg Institute for Advanced Study, CNRS, UMR 7044 Archimède

Abstract: Publication of a stone sphinx statuette, which was bought by W. Spiegelberg in Cairo in 1902/1903. The curious inscription bearing the title of Psammetichus I may be a secondary addition in order to customize the sculpture. By purchasing a small portable figure of this type, the customer was perhaps acquiring the devotional copy of a larger royal image belonging to a temple, which was a focus of some special worship within the local community. This humble artwork may have assumed a votive function, if the purchaser intended to offer it in a shrine, or a commemorative function, if it was an expression of his personal piety towards the king in the private sphere of the household.

 

Pdf : Colin 2022, Sphinx_en_pierre_IES_NI_5286_3-avec compression_1

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link:

https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.76de2zda

Figure 1 : Statuette IES-NI-5286, vues orthographiques de devant, de derrière, de droite, de gauche, du haut et du bas, du modèle IES_MOD_NI_5286_A_1 (voir Colin 2022). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9acbq87b.
Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5286. Anciens numéros : IES-Spiegelberg-1394, IES-Montet/Bucher-1394.

Provenance et contexte :

Acquis par W. Spiegelberg sur le marché des antiquités au Caire, lors d’un séjour en hiver 1902/1903.

Dimensions : Hauteur maximale 7 cm. Longueur maximale 12,7 cm. Largeur maximale 6,11 cm. Épaisseur du socle régulière, entre 1,51 et 1,58 cm.
Matériau : Calcaire patiné couvert de diverses substances.
Datation : Règne de Psammétique Ier, si l’inscription du socle est authentique.

1. Description

La pièce s’est brisée transversalement à l’axe du sphinx, suivant une ligne de fracture irrégulière et légèrement de biais par rapport à la perpendiculaire. Toute la partie antérieure est perdue, épaules, tête et pattes, dont on ignore si elles tenaient un objet ou étaient posées à plat comme la majorité des exemples connus. De la coiffe il ne reste que la queue à l’arrière du némès. Par comparaison avec des exemplaires complets, la longueur de la statuette peut s’être réduite d’un peu moins de la moitié, ce qui supposerait une dimension d’origine autour d’une vingtaine de cm. L’objet est par ailleurs bien conservé. On observe quelques éclats sur les arêtes des bords du socle, à gauche et à droite, et à son angle postérieur droit. Des ébréchures affectent aussi la queue de l’animal près de son extrémité ainsi qu’au contact des métatarses droits. Le grasset droit est bosselé, tandis qu’à l’emplacement du genou symétrique, à gauche, la surface est érodée, ce qui laisse apparaître le cœur de la pierre sous la croûte de surface. Cette dernière est composée d’un premier niveau de couleur blanche, recouvert de résidus d’une croûte brune orangée conservée en plaquettes, à des degrés divers, sur l’ensemble de la pièce. Une étude archéométrique permettrait de déterminer la composition de ces restes de matière pigmentée, qui paraissent d’origine. De même, diverses taches peut-être ultérieures à l’abandon de l’objet dans le gisement, et peut-être aussi post-découverte, mériteraient une identification chimique.

Figure 2 : Statuette IES-NI-5286, vue du côté droit. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.97bb7108.
Figure 3 : Statuette IES-NI-5286, vue du côté gauche. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3fc3104m.
Figure 4 : Statuette IES-NI-5286, vue du dessus. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9fbfr58i.
  1. Les côtes sont rendues par des sillons nets, arqués vers l’avant. Le pli de peau descendant sur chaque flanc depuis le tibia vers l’avant du corps est indiqué par une rupture de pente bien marquée. Deux légers creux convergent vers la queue à l’approche des hanches (observer le modèle 3D en mode matcap, sur sketchfab fig. 5), tandis que le départ du péroné depuis les jarrets est également rendu par des sillons, y compris du côté droit partiellement couvert par la queue enroulée. Les testicules, parfois sculptés près du départ de la queue, ne sont pas représentés. Les quatre doigts des pattes postérieures sont figurés, les trois intérieurs par des boudins qui se terminent par l’articulation métatarses-phalanges, le quatrième, extérieur, par un léger relief gravé en retrait des précédents.
Figure 5 : Statuette IES-NI-5286, modèle IES-MOD-NI-5286-A-1, partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/oBZ6F). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.
 

  1. Des plis de peau réalistes1 sont indiqués à la hauteur du coup de pied par deux boudins à gauche, mais un seul à droite à cause du chevauchement de la queue. Le toupet de cette dernière n’est pas figuré, non plus que la crinière, du moins dans la zone visible près de l’épaule, même si de petites incisions longitudinales non identifiées s’observent au contact de la fracture antérieure, du côté gauche. La partie conservée du socle est à peu près rectangulaire et n’épouse pas les contours de l’arrière-train (contrairement au type arrondi aussi attesté dans la grande ronde bosse). Sa largeur s’évase légèrement vers l’avant de l’animal.
  1. Une inscription est incisée sur les trois bords conservés du socle.

    Du côté droit de l’animal, on lit en transcription normalisée :

    [… nṯr nfr nb tȝ.wy2 nb] ỉr ḫt (Wȝḥ-ỉb-Rʿ) sȝ Rʿ (Psmkṯ) wrr(.t) mỉ Rʿ ḏ.t.

     
    Figure 6 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté droit en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.a83a8s6z.
    Figure 7 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté droit en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.0e22rqbj.
    Figure 8 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté droit en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.ce9br5zz.
    Figure 9 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté droit en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.ad7e941q.
    1. Du côté gauche de l’animal :

      […(Wȝḥ-ỉb-Rʿ)] sȝ [Rʿ] (Psmkṯ) wrr(.t) mỉ Rʿ ḏ.t.

      Figure 10 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté gauche en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.91ab1uct.
      Figure 11 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté gauche en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.847b717d.
      Figure 12 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription du côté gauche en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.e9dfzsjq.
      1. À l’arrière du socle :

        (Wȝḥ-ỉb-Rʿ).

      Figure 13 : Statuette IES-NI-5286, détail de l’inscription à l’arrière en lumière rasante. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.8dcc5cno.
      1. Les hiéroglyphes sont tous facilement interprétables, mais la gravure cumule maladresses et particularités graphiques. Les signes circulaires sont mal distingués, le soleil , dans « mỉ Rʿ » et dans (Wȝḥ-ỉb-Rʿ) à l’arrière du socle, est rempli de traits obliques comme un , tandis que ce dernier signe est noté comme un simple cercle vide, dans le mot « ḫt », où de surcroît l’ordre des deux unilittères est inversé. Une métathèse très inhabituelle3 des signes et (dépourvu d’anse, comme un ) se répète aussi dans les deux occurrences du nom de Psammétique. La ligne de sol de la chouette est étrangement placée dans le cartouche du côté gauche, comme si l’auteur avait mal géré l’espace disponible. Enfin, le déterminatif de la couronne blanche est précédé d’une espèce d’appendice courbé vers l’avant, dont on peut se demander s’il ne procède pas de l’incompréhension d’une forme copiée par le graveur, peut-être la tige spiralée issue de la couronne rouge, qui peut se combiner à la coiffe de haute Égypte pour signifier la double couronne.

      1. À ces approximations morphologiques se combinent des erreurs d’orientation des signes. Sur les deux longs côtés du socle, leur ordre est plusieurs fois inverti, comme si l’auteur s’inspirait d’un original inscrit dans la direction inverse en omettant quelquefois de retourner les hiéroglyphes copiés. Dans cette hypothèse, il est cependant difficile d’imaginer la disposition du texte source, parce que le sens de l’écriture paraît contrarié aussi bien vers la gauche que vers la droite.

      1. Dans la ligne d’écriture sinistroverse (du côté droit de l’animal), où les signes devraient regarder vers la droite, l’orientation du et l’ordre des séquences et sont contraires à la direction attendue. À l’inverse, du côté gauche du sphinx, le déterminatif est incliné comme si le texte était sinistroverse. De même, les hiéroglyphes asymétriques notant le nom (Psmkṯ) regardent vers la droite, si l’on redresse le cartouche de 90°, dans la position verticale que suppose la disposition des signes. Cette rotation de deux des trois cartouches conservés constitue d’ailleurs le procédé le plus étrange du lapicide, qui renverse les lignes de sol des signes comme s’il se contentait de basculer le contenant ovale et les hiéroglyphes contenus au départ d’un original écrit en colonnes.

      1. Enfin, le graveur paraît porter une attention assez personnelle à certains détails graphiques, comme l’ajout de deux petits points décoratifs à l’intérieur des torsades du ou d’un long trait issu du plumage dorsal des oiseaux et , qui pourrait évoquer un signe diacritique introduit dans le système hiéroglyphique, sans qu’on perçoive lequel.

      1. Sur le plan sémantique, les inscriptions lacunaires ne semblent pas absurdes et évoquent au contraire des parallèles de titulatures tels qu’on peut en trouver sur des socles de sphinx à la Troisième Période Intermédiaire ou à la Basse Époque (voir ci-dessous). La difficulté d’interprétation de l’allusion à la couronne pourrait s’expliquer par la perte de près de la moitié du texte à cause de la cassure de la partie antérieure de la statuette.

      2. Commentaire

      2.1. Contexte d’acquisition

      1. La pièce fut acquise par Wilhelm Spiegelberg lors d’un séjour au Caire, où il se rendit en mission en hiver 1902/1903 pour le compte du Musée du Caire, probablement pour y préparer l’édition des documents démotiques, dont le premier volume parut en 19044. Comme le savant prévoyait de profiter du voyage pour compléter la collection égyptologique qu’il avait fondée à Strasbourg5, il sollicita un crédit de 3000 marks (et obtint seulement 2500 marks) auprès du gouverneur d’Alsace-Lorraine, le Prince Hermann zu Hohenlohe-Langenburg, afin de financer des achats sur le marché officiel des antiquités et pour couvrir les frais de transport de dons qu’il espérait recevoir de la part de collègues allemands et étrangers.

      1. Dans sa requête datée de septembre 1902, conservée dans les archives du Kuratorium de la Kaiser-Wilhelms-Universität à Strasbourg, l’argumentation de Spiegelberg montre qu’il comptait sur une sociabilité savante solidement entretenue pour bénéficier du principe de la diffusion muséologique de « doublons » : « Der Unterzeichnete wird in diesem Winter im Auftrage der aegyptischen Museumsverwaltung in Cairo thätig sein. Er wird (…) Gelegenheit haben, die hier bestehende Sammlung aegyptischer Altertümer (…) unter günstigen Bedingungen durch Ankäufe zu vergrössern. Bei den freundschaftlichen Beziehungen, welche die Strassburger Sammlung zu den Leitern der deutschen wie ausländischen Ausgrabungen in Aegypten unterhält, werden ihr zweifellos auch in diesem Jahre wieder zahlreiche Fundstücke (Dubletten) aus diesen Grabungen als Geschenk zugewiesen werden, wofür lediglich die Transportkosten zu tragen sein werden.

      1. Unter diesen besonders günstigen Verhältnissen sowie im Hinblick darauf, dass dem Unterzeichneten schon früher (1895) anlässlich einer Forschungsreise in Aegypten eine namhafte Summe zur Begründung der aegyptischen Sammlung gewährt worden ist, erlaubt sich der Unterfertigte, um die einmalige Bewilligung von 3000 M zum Ankauf aegyptischer Originaldenkmäler sowie zur Bestreitung der aus den in Aussicht gestellten Schenkungen entstehenden Transportkosten gehorsamst zu bitten »6.

      1. À son retour de mission à Strasbourg, Spiegelberg enregistra sous 53 numéros d’inventaire successifs un lot d’objets intitulé « Im Winter 1902/3 für die Summe von 2500 M (incl. Spesen) in Aegypten erworben », dont le sphinx NI-5286 (= Spiegelberg 1394). L’inventaire ne contient aucune information précise sur la provenance et sur les conditions d’acquisition, mais la notice de la première publication de cet objet indique « 1903 im Cairiner Handel erworben »7.

      1. Le rapport préliminaire adressé le 6 juin 1903 au Ministère pour rendre compte des dépenses résume en quelques mots un des objectifs prioritaires des achats : « (…) so wurde bei den Ankäufen besonders darauf Wert gelegt, auch Stücke von künstlerischer Bedeutung zu erwerben »8. Quoique Spiegelberg soit surtout connu pour son œuvre philologique, il accordait une grande importance à l’enseignement et à la diffusion de l’histoire de l’art égyptien9 – notamment à travers ses activités de bâtisseur de collection archéologique –, comme en témoigne aussi la parution de son ouvrage Geschichte der ägyptischen Kunst bis zum Hellenismus, dont il rédigea l’avant-propos le 11 juin 190310, soit cinq jours après la signature du rapport.

      1. La conclusion du bilan des acquisitions est également instructive sur le réseau que le savant fit intervenir, puisqu’il souligne le rôle joué par Ludwig Borchardt, attaché scientifique auprès du Consulat du Caire, et par Otto Rubensohn, représentant des Musées de Berlin : « Gleichzeitig hält er es für seine Pflicht, darauf hinzuweisen, dass er bei seinen Käufen in Aegypten von den beiden dortigen Vertretern der deutschen archaeologischen Interessen in jeder Weise auf das thatkräftigste unterstützt worden ist, von dem wissenschaftlichen Attaché am Kaiserl. Deutschen Generalconsulat zu Cairo Herrn Regierungsbaumeister Dr. Ludwig Borchardt und dem Vertreter der Königl. Museen zu Berlin Herrn Dr. Otto Rubensohn ».

      2.2. Un objet réputé disparu

      1. W. Spiegelberg publia en 1909 de très bonnes photographies de détail de deux des bords du socle (gauche et arrière), ainsi qu’une vue du profil droit de la statuette11. Le savant situait l’intérêt de cette acquisition dans sa datation sous le règne de Psammétique Ier, qui permettait d’augmenter le corpus de sphinx précisément datés – et l’inscription est retenue parmi les titulatures de Psammétique Ier dans le Livre des rois d’H. Gauthier12. La statuette fut d’ailleurs sollicitée par des spécialistes comme une œuvre de référence pour fonder des datations stylistiques ou typologiques d’objets comparables, trouvés en fouille13 ou décontextualisés14. Elle est répertoriée dans la Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Statues, Reliefs and Paintings parmi les statues et statuettes royales de Psammétique Ier, mais est désormais réputée perdue : « Small sphinx, front part lost, formerly in Strasbourg, Institut d’Égyptologie, 1394 (now lost) »15. Cette situation était actée en 2002 dans le corpus des inscriptions de Psammétique Ier, pour laquelle Olivier Perdu dut fonder son édition sur les photographies publiées à l’origine par Spiegelberg16.

      2. En raison de son statut d’œuvre de référence sous la plume de certains auteurs et compte tenu des limites des illustrations disponibles dans la bibliographie, il est particulièrement nécessaire de mettre à la disposition du public un dossier documentaire complet sur cet objet, qui n’a en réalité jamais disparu de la collection strasbourgeoise.

      2.3. Parallèles

      1. Depuis la parution du catalogue de Spiegelberg en 1909, deux autres sphinx porteurs d’une inscription datée du règne de Psammétique Ier ont été publiés. L’un, en calcaire et large de 26 cm17, fut découvert en 1904 dans la cachette de Karnak18. L’autre, une pièce de collection privée en granodiorite (?), de provenance inconnue, est de plus petite dimension (10,7 cm de large), mais néanmoins nettement plus grande que la statuette de Strasbourg19. L’attribution à Psammétique de la sculpture originale a été discutée dans les deux cas au motif que le cartouche pourrait être une usurpation, notamment sur la base d’arguments stylistiques délicats à mettre en œuvre au départ d’un corpus limité. Sur chacun de ces sphinx, l’inscription est gravée sur le poitrail et comporte seulement le nom personnel Psmṯk, ce qui désignerait plus vraisemblablement le premier des trois souverains homonymes, si l’on se fonde sur le constat que les hiérogrammates n’ont pas perçu un risque d’ambiguïté.

      1. La comparaison des trois statues attribuées à ce roi ne révèle aucune homogénéité du point de vue du style et du traitement des détails. En outre, la disposition des inscriptions diffère entre, d’une part, les deux parallèles (titulature abrégée uniquement sur la poitrine) et, d’autre part, l’exemplaire de Strasbourg (noms royaux développés sur les bords du socle, décor éventuel de la poitrine indéterminé à cause de la lacune).

      1. Cependant, loin d’être inhabituelle, la structuration épigraphique de la pièce acquise par Spiegelberg est au contraire bien attestée à la Troisième Période Intermédiaire et à la Basse Époque sur des exemplaires de plus grande taille. On observe en effet une titulature royale localisée sur les bords du socle, par exemple, sur des sphinx au nom de Takeloth II ou III (granitoïde, largeur 21 cm20), de Taharqa (criosphinx en gneiss granitique, larg. 63 cm21), d’Apriès (deux individus en quartzite22, larg. 45 cm pour le n° 91), de Psammétique II (grauwacke, larg. 28,5 cm23 ; calcite, larg. 90 cm24), de Néphéritès Ier (basalte, larg. 47,4 cm25), d’Achôris (basalte, larg. 44 cm26) et de Nectanebo Ier (une série d’individus en grès27, larg. de deux exemples 28 cm28, 26 cm29). Typiquement, l’inscription commence sur le bord antérieur du socle par le signe , de part et d’autre duquel se déploient les noms et épithètes royaux, symétriquement sur les deux côtés latéraux, pour s’achever sur le bord postérieur par la formule  : « Vive le roi Untel, doué de vie etc, comme Rê à jamais » (fig. 14).

       

      Figure 14 : Sphinx au nom d’Apriès provenant du Serapeum d’Alexandrie, conservé à Kom el-Chougafa, modèle Mohamed Abdelaziz, 2019, «Sphinx Alexandria, Egypt », Artifact Survey, Alexandrie, https://skfb.ly/oBoKR.
       
      1. Le contenu et la répartition du texte sur le sphinx strasbourgeois concordent globalement avec ces parallèles, mais sans s’y superposer exactement – la localisation du nom de couronnement sur la partie postérieure, sans connexion syntaxique, est une singularité. La mise en relation de la couronne et du nom royal n’est pas attestée ailleurs dans le corpus actuel des inscriptions de Psammétique Ier.
      1. Si ce terme composait une épithète du roi, on pourrait supposer l’oubli d’un signe tel que , pour nb wrr.t, le « possesseur de la couronne wrr.t »30. Cette qualification ferait alors écho à la légitimation de Psammétique sous le patronage divin grâce à l’attribution des insignes de la royauté pour l’éternité, selon un processus illustré au temple de Khonsou à Karnak. On y voit Hérihor procéder à une offrande des bouquets à la triade Amonrêkamoutef, Amonet et Maat, qui lui répond « Je t’ai accordé le temps de vie de Rê, tandis que tu apparais en tant que maître de la couronne-wrr.t comme Rê, [à jamais] » (dỉ.n(⸗ỉ) n⸗k ʿḥʿw n Rʿ ḫʿ.ṯ(ỉ) m nb wrr(.t) mỉ Rʿ [ḏ.t])31. Le déterminatif indique en l’occurrence la combinaison des couronnes blanche et rouge, conformément au type qui servit peut-être de modèle mal interprété pour la gravure du petit sphinx.
      1. Cependant, il est aussi possible que l’expression de légitimation s’insérait dans une tournure plus complexe, que la lacune du début du texte empêche de comprendre. Cette dernière contenait peut-être une construction verbale invitant le roi à « empoigner, saisir, recevoir » (ḫfʿ, ỉṯ, šsp32) la couronne wrr.t. On pourrait alors imaginer, par exemple, une séquence verbe (en lacune) – sujet (titulature, éventuellement anticipée par un pronom suffixe) – complément d’objet direct (wrr.t) – complément adverbial (mỉ Rʿ ḏ.t).

      2.4. Décalage entre la sculpture et la gravure

      1. La comparaison entre la qualité plastique de la statuette et les anomalies de l’inscription met en évidence un décalage manifeste dans le professionnalisme du sculpteur et du graveur. L’étrangeté graphique a été soulignée par W. Spiegelberg (« Die Inschrift ist auch durch ihre fehlerhafte Orthographie bemerkenswert »33) et par A. Leahy (« Prenomen and nomen, very curiously arranged »34).

      2. Cette dissonance s’expliquerait si deux interventions, par des auteurs différents, s’étaient succédé, avec éventuellement un délai séparant la sculpture et la customisation – car le français de souche ne possède pas de terme plus idoine – à destination d’un client. Étant donné que de si petits objets, sans doute produits en série, n’étaient pas nécessairement destinés à porter un texte, l’ajout d’une inscription sur notre exemplaire répondait peut-être à une demande personnalisée. D’autre part, la cohabitation des irrégularités épigraphiques et d’un texte sémantiquement cohérent suggère que le graveur s’inspirait d’un modèle hiéroglyphique concret, dont il comprenait globalement la signification, sans en maîtriser personnellement les finesses scripturales. On se situe apparemment dans le registre de l’imitation et de l’adaptation un peu maladroite, mais nullement absurde.

      3. Il est possible que l’auteur ait voulu reproduire l’inscription d’un sphinx de grande dimension appartenant au mobilier fixe d’un temple, soit en transposant deux fois une phrase unique35, en miroir de deux côtés du socle, soit en combinant des formules originellement écrites de gauche à droite et de droite à gauche – d’où les erreurs d’orientation de signes. Le basculement très particulier des cartouches pourrait évoquer un original disposé en colonnes.

      4. Ces observations nous mènent à la question du mobile de l’imitation. Selon une première hypothèse, l’auteur de l’inscription pourrait être un faussaire soucieux d’accroître la valeur marchande d’un objet certes authentique36, mais endommagé par la disparition du protome. Constatant les erreurs de « l’orthographe », W. Spiegelberg affirmait cependant que « An der Echtheit ist keine Zweifel möglich », sans argumenter. L’assurance du savant reposait peut-être sur les circonstances de l’acquisition et sur des garanties apportées par les collègues qui lui servirent d’intermédiaires ou de rabatteurs, Ludwig Borchardt et Otto Rubensohn (voir § 2.1), mais nous ne le saurons jamais. On peut certes comprendre la confiance de l’acheteur, responsable d’une collection publique, dans son propre investissement sur le marché des antiquités, mais la question mérite néanmoins d’être soulevée.

      5. Tournons-nous donc vers un exemple de vrai faux. On observe un basculement de cartouche analogue à celui de la pièce strasbourgeoise sur le bord droit du socle d’un sphinx d’Achôris en basalte au Musée du Louvre (A 27)37. Dans la ligne de pseudo-hiéroglyphes inscrits par un des restaurateurs modernes de cette statue authentique, un cartouche fantaisiste disposé horizontalement contient des signes basculés à 90° par rapport à la ligne de sol (fig. 15)38. Cependant, l’inauthenticité de la gravure est dans ce cas évidente, car les signes sont très maladroits, ne correspondent à aucun nom royal et sont orientés de façon incohérente entre eux (une espèce d’insecte et un nb sont dessinés tête-bêche), contrairement à l’inscription du sphinx de Strasbourg, où le cartouche de Psammétique est simplement basculé. 

      Figure 15 : Sphinx au nom d’Achôris provenant de la villa Borghèse (Rome), conservé au Musée du Louvre (A 27), cliché Fr. W. von Bissing, Denkmäler Ägyptischer Sculptur, München, 1914, pl. 70. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3217ki8o.
      1. Une autre différence entre les deux œuvres comparées réside dans leur taille : alors que le champ épigraphique est large et aisé à sculpter sur le socle de la statue inscrite au nom d’Achôris (largeur 44 cm), l’espace beaucoup plus limité39 sur la statuette supposée saïte en rend la gravure plus délicate. La fausseté assumée des signes produits par le restaurateur de l’ère pré-Champollion est cohérente avec son ignorance du système hiéroglyphique, indépendamment de toute contrainte imposée par le support. En revanche, l’artisan ne travaille pas du tout à la même échelle sur le petit objet acquis au début du XXe siècle, qu’il tient sans doute d’une main en le gravant de l’autre. La préhension naturelle, avec quatre doigts disposés transversalement (fig. 16), explique peut-être le choix particulier de basculer l’orientation académique des signes dans le cartouche pour graver plus facilement le texte comme s’il était écrit en colonne et atténuer au passage la limitation de l’espace vertical.

       
      Figure 16 : Mode de préhension naturelle du sphinx IES-NI-5286. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.c9ecgu9i.
      1. En définitive, les quelques bizarreries soulevées ne constituent pas des objections rédhibitoires à l’authenticité du décor. En attendant l’éventuelle découverte d’un parallèle incluant la mention de la couronne-wrr.t dans ou auprès de la titulature royale, la singularité de notre occurrence paraît d’ailleurs un choix plutôt contre-intuitif de la part d’un faussaire, si son objectif était de rassurer l’acheteur spécialiste grâce à une imitation étayée. On peut s’inspirer du principe éditorial de la lectio difficilior, selon lequel une variante rare mais censée aurait plus de chance d’être authentique qu’une leçon ordinaire. Il est certes connu que des contrefaçons assemblent parfois plusieurs sources d’inspiration pour détourner le risque d’identification du modèle40. Mais même dans l’hypothèse d’une tromperie sophistiquée (en contraste avec la relative banalité de l’artefact vendu), qui nécessiterait en l’occurrence les compétences d’un égyptologue, pourquoi chercher la complexité d’une formule nouvelle au lieu de décalquer une tournure toute prête, bien attestée et facile à maquiller en combinant plusieurs parallèles ? Et pourquoi ce « faussaire savant »41, supposé ingénieux, aurait-il additionné les incitations à la méfiance, en attirant l’attention sur des cartouches curieusement basculés ? Les exemples ne manquent pas d’inscriptions soupçonnées à tort de fausseté à cause de leur imperfection apparente42.

      1. Reste l’hypothèse d’un objet authentique, originellement anépigraphe, mais personnalisé par l’atelier producteur à la demande du client, dès l’Antiquité. Dans ce cas de figure, le petit sphinx présenterait un double intérêt, du point de vue artistique autant que religieux. Il attesterait en effet la personnalisation d’un objet de piété individuelle, à l’imitation d’un monument du « grand art »43 ornant sans doute l’espace public d’un lieu de culte collectif. Sous la forme d’une petite figure portable, le client s’approprierait l’avatar d’une image royale de grande dimension, sans doute bien identifiée par les fidèles du lieu – pour une compétence cultuelle particulière ou peut-être en commémoration d’un événement du règne.

      3. Conclusion

      1. En l’absence de toute information sur le contexte de découverte, la réflexion sur la finalité de cet artefact ne peut reposer que sur ses propriétés intrinsèques. Pour des statuettes de petite taille, sculptées dans un matériau peu onéreux, on envisage classiquement un nombre limité d’hypothèses44. Écartons l’éventualité d’un modèle ou d’un exercice de sculpteur, que les caractères plastiques et épigraphiques de la pièce ne suggèrent pas. En revanche, cette œuvre modeste pourrait avoir assumé une fonction votive, si l’acheteur entendait l’offrir dans un sanctuaire. S’il lui attribuait plutôt une valeur commémorative, elle peut avoir servi de support à l’expression de sa piété personnelle envers le roi dans un environnement domestique – en quelque sorte le reflet en privé de l’apparat du culte public et officiel, mieux documenté et mieux connu des égyptologues.

      1. Au terme de ce parcours archéologique, toutes les pistes n’ont pas été épuisées pour éclairer les caractéristiques parfois étranges de cet objet. D’un point de vue strictement artistique et philologique, ces singularités peuvent s’expliquer sans faire appel à l’hypothèse d’un faux. Il serait cependant utile de lever le doute grâce à une étude archéométrique des matériaux et des altérations visibles en surface, en particulier dans les creux des inscriptions. Une stratigraphie intéressante s’y observe en effet clairement au binoculaire : un enduit (?) brunâtre et par endroits une substance noire y descendent et sont à leur tour recouverts par une matière blanchâtre brillante, ainsi que par quelques grains de sable. Cela définit une séquence relative, 1) gravure et 2) dépôt artificiel ou naturel de plusieurs substances. L’identification de ces substances et de leurs processus de formation, envisagée pour un projet futur, permettra peut-être de fermer des portes grâce à de nouveaux arguments matériels.

      4. Données numériques en ligne

      5. Bibliographie

      5.1. Publications de l’objet IES-NI-5286

          • Gauthier, H., 1915, Le livre des rois d’Égypte, IV/1, Le Caire (MIFAO 20), p. 78.
          • Perdu, O., 2002, Recueil des inscriptions royales saïtes, I, Psammétique Ier, Paris (Études d’égyptologie 1), p. 148-149.
          • Spiegelberg, W., 1909, Ausgewählte Kunst-Denkmäler der ägyptischen Sammlung der Kaiser Wilhelms-Universität Strassburg, Strasbourg, p. 24, n° 48 ; fig. 12 et 13 ; pl. XIII.

      5.2. Bibliographie générale

        • ADBR AL : Archives départementales du Bas-Rhin, Alsace-Lorraine.
        • Bissing, von, Fr. W., 1914, Denkmäler Ägyptischer Sculptur, München.
        • Bothmer, von, B., 1960, Egyptian Sculpture of the Late Period, 700 B.C. to A.D. 100, New York.
        • Cherpion, N., 1989, « Conseils pour photographier un sphinx », in A.-L. Oosthoek, Cl. Obsomer (éd.), Amosiadès pour ses vingt ans, Louvain-La-Neuve, 1989, p. 65-77.
        • Colin, Fr., 2010, « Comment la création d’une ‘bibliothèque de papyrus’ à Strasbourg compensa la perte des manuscrits précieux brûlés dans le siège de 1870 », La revue de la BNU 2, p. 24-47, https://journals.openedition.org/rbnu/3314, 21 décembre 2022.
        • Colin, Fr., 18/07/2020, « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) », Recollecta Aegyptiaca, https://recaeg.hypotheses.org/118, consulté le 21 décembre 2022.
        • Connor, S., Abou Al-Ella, Kh., 2020, « From Bab el-Nasr to Matariya: a Tale of Two Wandering Sphinxes », ZÄS 147/2, p. 141-152.
        • Corteggiani, J.-P., 1998, « Les Aegyptiaca de la fouille sous-marine de Qaïtbay », BSFÉ 142, p. 25-40.
        • Fazzini, R., 2001, « Recumbent Sphinx », in P. Lacovara, B. Teasley Trope, S. H. D’Auria (éd.), The Collector’s Eye: Masterpieces of Egyptian Art from The Thalassic Collection, ltd, Atlanta, p. 39-42.
        • Fiechter, J.-J., 2005, Faux et faussaires en art égyptien, Bruxelles (Monumenta Ægyptiaca 11).
        • Gaber, H., 2018, « La recherche des faux dans la brève histoire de l’égyptologie », in H. Gaber, N. Grimal, O. Perdu (éd.), Imitations, copies et faux dans les domaines pharaonique et de l’Orient ancien. Actes du colloque Collège de France – Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 14-15 janvier 2016, Paris (Études d’égyptologie 16), p. 18-77.
        • Hegazy, E. S., 1993, « Rediscovering Karnak in the Sheikh Labib Storerooms », JACF 6, 1993, p. 94-95.
        • Jansen-Winkeln, K., 2007, Inschriften der Spätzeit, II, Die 22.-24. Dynastie, Wiesbaden.
        • Leahy, A., 1984, « Saite Royal Sculpture: a Review », GM 80, p. 59-76.
        • Loeben, C., 2012, « Miniature Sphinx », in J. Billen (éd.), Ancient Egypt. Masterpieces from Collectors and Collections, Basel (Brussels Ancient Art Fair 10).
        • Myśliwiec, K., 1988, Royal Portraiture of the Dynasties XXI-XXX, Mainz-am-Rhein.
        • Roeder, G., 1937, « Bericht über die Ausgrabungen der deutschen Hermopolis-Expedition 1935 », MDAIK 7, p. 1-56.
        • Spiegelberg, W., 1903, Geschichte der ägyptischen Kunst bis zum Hellenismus, Leipzig.
        • Spiegelberg, W., 1904, Die demotischen Denkmäler, I, Die demotischen Inschriften, Leipzig (CGC 39, 30601-31166).


Citer ce billet
Frédéric Colin (2022, 28 décembre). Une statuette de sphinx en pierre au nom de Psammétique Ier (IES-NI-5286). Recollecta Aegyptiaca. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tchn

  1. Ce détail peut être ajouté au catalogue des traits anatomiques rendus par les artistes égyptiens, cf. Cherpion 1989, fig. 1-15, dont l’étude inspire mes observations. []
  2. Le début de la lacune est évidemment hypothétique, mais la séquence nṯr nfr nb tȝ.wy nb ỉr ḫt est attestée sur cinq à six monuments de Psammétique Ier, à Héliopolis et à Edfou, Perdu 2002, p. 58 ; [60] ; 98 ; 102 ; 106 ; 151. []
  3. Aucun autre exemple dans le corpus des inscriptions de Psammétique Ier, Perdu 2002. []
  4. Spiegelberg 1904. []
  5. Colin 2010. []
  6. ADBR AL 103 873, dossier « Erwerbung ägyptischer und griechischer Papyri und Schriftdenkmäler », requête de W. Spiegelberg le 25 septembre 1902, auprès du gouverneur d’Alsace-Lorraine. []
  7. Spiegelberg 1909, p. 24. []
  8. ADBR AL 103 873, rapport épistolaire de W. Spiegelberg adressé le 6 juin 1903 au Staatsminister v. Köller. []
  9. Colin 18/07/2020, § 10-11. []
  10. Spiegelberg 1903, p. 6. []
  11. Spiegelberg 1909, pl. XIII. []
  12. Gauthier 1915, p. 78, LI. []
  13. Roeder 1937, p. 42. []
  14. Bothmer 1960, p. 63. []
  15. PM VIII 800-820-650. []
  16. Perdu 2002, p. 148-149. []
  17. La largeur de la pièce au niveau du socle est en l’occurrence la dimension la plus adaptée à la comparaison, car elle est généralement conservée au contraire de la longueur et de la hauteur. []
  18. Musée du Caire JE 36915, CGC 48630, CK 198. []
  19. Thalassic Collection, Fazzini 2001, p. 39-42 ; PM VIII 800-836-800. []
  20. Musée du Caire JE 37854, CGC 42195 (découvert à Karnak en 1905 ; CK 524 ; Jansen-Winkeln 2007, p. 160, n° 3). []
  21. London, British Museum, EA 1779 (provient du Temple T à Kawa, Soudan ; BM, Collection online, EA1778 ; Myśliwiec 1988, p. 33, n° 5). []
  22. Alexandrie, Kom El-Chougafa (découvert au Serapeum, Connor, Abou Al-Ella 2020, p. 142 ; 146, fig. 4 ; 148, fig. 9-10 ; Abdelaziz 2019). []
  23. Baltimore, Walters Art Museum, accession n. 22.104 (PM VIII 800-826-100 ; The Walters Art Museum’s Online Collection, 22.104). []
  24. Alexandrie, Kom El-Dikka, inv. de fouille 1008 A/B ; inv. nb. 101-11273 (provient de la fouille sous-marine de Qaïtbay ; Corteggiani 1998, p. 29-30 ; Connor, Abou Al-Ella 2020, p. 149, fig. 13 ; Rana 2022). []
  25. Paris, Musée du Louvre, inv. n° A 26 – N 26 (pseudo-hiéroglyphes de restauration mêlés au texte intact ; PM 800-852-600 ; Collections Louvre, A 26 ; Arqueomodel3D, 2020). []
  26. Paris, Musée du Louvre, inv. n° A 27 – N 27, Collections Louvre, A 27. []
  27. Karnak, magasins Cheikh Labib (CK 346 et 347 ; Hegazy 1993, p. 94-95) ; Paris, Musée du Louvre, inv. n° A 29 (PM VIII 800-858-880 ; Collections Louvre, A 29). []
  28. CK 346, Hegazy 1993, p. 94. []
  29. Paris, Musée du Louvre, inv. n° A 29. []
  30. Épithète royale (divine ou humaine) bien attestée (TLA lemma 852447), par exemple à propos d’Ahmosé Ier sur la stèle de la victoire à Karnak, KIU 575, l. 10. []
  31. KIU 8611. []
  32. TLA lemma 47920, occurrences. []
  33. Spiegelberg 1909, p. 24. []
  34. Leahy 1984, p. 62. []
  35. Cette hypothèse expliquerait l’étrange reproduction de la métathèse k – , dans le cartouche de Psammétique. []
  36. La troisième catégorie de la typologie des faux résumée par Fiechter 2005, p. 8. []
  37. Paris, Musée du Louvre, inv. n° A 27 – N 27 (provient de la villa Borghèse à Rome, Collections Louvre, A 27). []
  38. von Bissing 1914, pl. 70. []
  39. Sur le flanc droit, entre 7,7 et 8,5 mm séparent les deux traits délimitant la ligne de texte ; du côté gauche, entre 8,8 et 9,9 mm. []
  40. Fiechter 2005, p. 7. []
  41. Gaber 2018, p. 37. []
  42. Eadem, Ibidem, p. 34-36. []
  43. Pour rendre hommage à W. Spiegelberg et J. Capart en les citant, cf. Colin, Fr., 18/07/2020, § 12. []
  44. Voir par exemple l’interprétation d’un très petit sphinx en calcaire (largeur 2,5 cm) attribué à la Troisième Période Intermédiaire, Loeben 2012, p. 112. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search