Une coupe à scorpions inspirée de l’imagerie C-ware, probable faux moderne (IES-NI-5451)

Par Axelle Brémont, Institut français d’archéologie orientale

Abstract: A red-slipped shallow bowl with whitish painted decoration, held at the Institut d’Égyptologie under the number IES-NI-5451, represents a coiled snake with four scorpions. Although the technique and repertoire is reminiscent of C-ware pottery, careful examination of the motifs’ morphology and ceramic shape, as well as a very close parallel held in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, allow to determine that it is in fact most probably a forgery, executed in the style of Predynastic pottery on a (most likely authentic) late Old Kingdom Meidum bowl.

Cite this article as: Axelle Brémont, « Une coupe à scorpions inspirée de l’imagerie C-ware, probable faux moderne (IES-NI-5451) », Recollecta Aegyptiaca, 29 janvier 2023, https://recaeg.hypotheses.org/1705, accessed 29 novembre 2023.

 

Pdf : Brémont 2022_Vase_prédynastique_IES_NI_5451_3_light

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link: https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.c911qf8e.

Figure 1. Décor peint de la coupe IES-NI-5451, vue orthographique du dessus d’après le modèle 3D IES-MOD-NI-5451-1 (Khattab 2023). Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.f52e626t.
Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5451. Anciens numéros : IES-Spiegelberg-1878, IES-Montet/Bucher-2820. Provenance et contexte : Acheté par W. Spiegelberg entre février et avril 1911 à Louxor auprès du vendeur Mansur.
Dimensions : Diamètre 20,5 cm x hauteur 8 cm.
Matériau : Céramique polie à engobe rouge.
Datation : Faux moderne ?

Description

La coupe conservée à l’Institut d’Égyptologie de Strasbourg sous le numéro IES-NI-5451 prend l’apparence d’une céramique polie aux parois rouge vif, à décors géométriques et figuratifs de couleur crème, évoquant la catégorie des céramiques décorées d’époque prédynastique dites, depuis W. Flinders Petrie, C-ware ou White Cross-lined ware, produites entre ca. 3700 et 3500 av. J.-C.1 L’état de surface de la peinture est fortement érodé, mais plusieurs traits subsistent sous la forme d’un « fantôme », une trace plus mate visible en lumière rasante à l’emplacement où l’épais trait de pigment était appliqué – un phénomène assez courant sur les artefacts de cette catégorie (e.g. Kantor 1953, Förster 2022, p. 38).

Figure 2. Facsimilé du décor interne de la coupe de Strasbourg (dessin A. Brémont). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/u/datas/10.34847/nkl.f127jx85.
  1. La décoration, présente exclusivement sur la face interne, adopte une symétrie centrale et alterne des lignes verticales ondulées et des plages de croisillons avec deux couples d’arthropodes, pourvus d’un petit crochet en forme de demi-cercle à l’avant de la tête et d’une queue recourbée en forme de crochet. Il s’agit selon toute vraisemblance de scorpions, malgré la présence d’appendices supplémentaires assez difficilement identifiables (et mal préservés sur les quatre occurrences de l’objet), prenant la forme de trois courts traits de part et d’autre de la tête de l’animal, à l’avant des trois paires de pattes. Les scorpions sont de fait la seule espèce d’arthropodes attestée dans le répertoire prédynastique, et de manière générale l’ensemble de l’art égyptien prête peu d’attention aux créatures petites et nuisibles comme les insectes et les arachnées (Meeks 2010, Evans 2015).
Figure 3 : Coupe IES-NI-5451, modèle IES-MOD-NI-5451-1 (Khattab 2023), partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/oDpLr). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/u/datas/10.34847/nkl.8c5auvl4.
 

Commentaire

  1. Malgré son apparence technique et son répertoire iconographique qui semblent au premier abord pointer vers une date prédynastique, la coupe de Strasbourg présente plusieurs caractéristiques troublantes, qui incitent à douter de son authenticité. En premier lieu, la forme céramique employée, une coupe très ouverte bordée d’une lèvre à carène courte, n’est pas connue dans les catalogues de référence de la céramologie prédynastique (Petrie 1921, Hartmann 2016) – pourtant fondés sur des milliers de pots issus de nombreux sites s’échelonnant du sud de la Moyenne Égypte (Badari) jusqu’à la Seconde Cataracte du Nil. Les seules formes de ce type (bols carénés très trapus) se trouvent dans le répertoire céramique de l’extrême fin de l’Ancien Empire, aux alentours de 2400-2200 av. J.-C (e.g. Le Provost 2017 pour une synthèse ; pour un parallèle quasi-exact, voir Marchand & Thiers 2021, p. 127, fig. 7a, ET 70-32), soit près d’un millénaire après que la mode des C-wares ait totalement disparu.
 
Figure 4. Profil de la coupe IES-NI-5451, vue orthographique d’après le modèle 3D IES-MOD-NI-5451-1 (Khattab 2023). Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.e019oez1.
  1. Il est vrai que les potiers réalisent parfois des expérimentations originales, dont l’authenticité ne peut pas être remise en cause sur la seule foi d’une forme sans parallèles : il en va ainsi d’une céramique C-ware conservée au Musée des Confluences de Lyon (inv.no. 90000115) et récemment signalée (Emmons et al. 2010, cat. no. 10 ; Förster 2022 op.cit.). Celle-ci adopte la forme très originale d’un panier pourvu d’une anse, mais doit a priori être considérée comme tout à fait authentique ; la forme n’est d’ailleurs pas inconnue, puisqu’elle était signalée dès les travaux de Petrie (Petrie 1921 type 62). Dans le cas de la coupe conservée à Strasbourg, cependant, l’innovation serait plus étrange, puisqu’elle ne consisterait pas à créer de toutes pièces une forme céramique nouvelle, mais à adjoindre à la coupe une lèvre carénée, chose qui ne se fait pour aucune des formes céramiques de l’époque, ouvertes comme fermées.
  1. Cet élément atypique dans la forme céramique se double de détails tout aussi inhabituels dans le décor peint lui-même. Le premier et le plus évident est la spirale centrale, qui n’admet aucun clair parallèle dans le répertoire figuré de la production C-ware. Le décor intérieur des formes ouvertes (bols, coupes) y voit pourtant très souvent son centre souligné par une disposition centripète des éléments et par un motif central, mais il s’agit le plus souvent d’un simple cercle (e.g. Abydos tombe U-637/627, Hammamiya tombe 1649, Petrie Museum inv. no. UC15337), d’un motif concentrique (e.g. Ashmolean Museum inv. no. 1946.297, Boston MFA inv. no. 11.312) ou éventuellement d’un motif animal formant le centre de la composition (e.g. Musée du Caire inv. no. CG 2076, Bruxelles MRAH inv. no. E2935, Cleveland Museum of Art inv. no. 1920.2008).
Figure 5. Échantillon comparatif des motifs centraux utilisés dans le décor des bols/coupes C-wares
. a. Abydos Cimetière U, tombe U-637/U-627. Magasins de fouilles (d’après Hartmann 2016, cat. no. 1721). 
b. Hammamiya tombe 1649. Objet non relocalisé (d’après Brunton & Caton-Thompson 1928, pl. XXXVIII.49k)
. c. Ashmolean Museum inv. no. 1946.297 (d’après Payne 2000, cat. no. 406)
. d. Boston Museum of Fine Arts inv. no. 11.312 (https://collections.mfa.org/objects/46880)
. e. Musée du Caire inv. no. CG 2076 (d’après Hartmann 2016, cat. no. 806). f. Cleveland Museum of Art inv. no. 1920.2008 (d’après Graff 2009, cat. no. 126). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.f5afct23.
 
  1. Les deux seules spirales relevées à ce jour sur des vases peints de cette période apparaissent sur deux vases provenant tous deux du site d’el-Amrah et respectivement conservés au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye et à l’Ashmolean Museum d’Oxford.
Figure 6. Occurrences de spirales dans la céramique prédynastique de classe C-ware
a. Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye, inv. no. 77.705v (d’après Droux 2022, no. C-0058)
. b. Ashmolean Museum inv. no. E.2782 (d’après Payne 2000, cat. no. 404). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3cedawh5.
  1. Mais même ces deux cas se distinguent clairement du vase de Strasbourg, qui présente un élargissement notable dans sa partie extérieure. La forme losangique de cette excroissance évoque une tête de serpent, et laisse présager que l’inspiration de ce motif pourrait être tirée du jeu du Mehen. Son plateau représentant un serpent enroulé en spirale (quoique la tête de l’animal y soit normalement orientée vers l’intérieur) est attesté dès la période protodynastique par plusieurs exemplaires découverts dans la tombe de Peribsen (Kendall 2007). Il est cependant utile de relever que ce motif n’apparaît jamais dans d’autres catégories de la culture matérielle ; à la période prédynastique, d’autre part, les serpents sont invariablement représentés vus du dessus, sous la forme d’une ligne ondulée mais droite, et de préférence orientés vers le haut. En revanche, la connaissance de ce type d’objet s’est bien établie dans la culture populaire moderne, notamment en Égypte, et il s’agit visiblement d’un motif apprécié des faussaires, puisque l’inauthenticité de certains exemplaires a pu être démontrée (e.g. Kendall 2007 p. 37, fig. 4.12).
Figure 7. Tracé de la spirale centrale sur la coupe de l’Institut d’Égyptologie no. IES-NI-5451. Dessin A. Brémont. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3d86ok3y.
  1. Pour finir, il est utile d’évoquer la morphologie des scorpions figurés sur cette coupe, qui ne présentent que peu de points de comparaison avec le type courant à cette période. D’abord, il est assez rare que les scorpions datables de l’horizon Nagada IA – IIB (soit contemporains de la production des C-wares) fassent montre d’un crochet bien détaché à l’extrémité de la queue, figurant le dard, lequel se normalise surtout sur les représentations datables de l’horizon Nagada IID – IIIA/B, tel un vase peint de la catégorie D-ware (postérieure aux C-wares) conservé au British Museum (inv. no. EA 35324 ; cf. Huyge & Darnell 2010). L’existence de deux parallèles plus anciens, à savoir la gravure non localisée issue de Naqada (illustrée en figure 8a) et le vase caréné, certes sans provenance, conservé au Petrie Museum (figure 8b), accrédite cependant la possibilité que ce morphotype puisse parfois être pourvu d’un dard figuré ainsi.
Figure 8. Les seules autres représentations de scorpions connues à l’horizon Nagada IIA – IIC. 
a. Gravure sur céramique, Naqada, tombe 472. Objet non relocalisé (d’après Petrie 1896, pl. LI.36). 
b. Vase caréné C-ware. Petrie Museum inv. no. UC 15326, sans provenance (d’après Arkell 1975, fig. 18,8). c. Gravure sur céramique, Dakka (Nubie). Boston Museum of Fine Arts inv. no. 19.1555 (dessin A. Brémont). 
d. Vase modelé en relief. Oxford Ashmolean Museum inv. no. 1895.233 (d’après Payne 2000, cat. no. 604). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.e547zn15.
  1. Surtout, les pinces sont normalement systématiquement figurées sous la forme d’un large crochet à l’extrémité de la tête, et ceci sans exception, contrairement au très petit cercle figuré sous la forme d’un appendice buccal sur les exemplaires de la coupe de Strasbourg. L’état de conservation de l’objet ne peut pas être considéré comme une explication probante, car cet élément aurait nécessairement été au moins partiellement visible, fût-ce sous la forme d’une trace « fantôme », sur l’une des quatre occurrences du motif. Le seul parallèle partiel est encore la file de scorpions sur le vase caréné du Petrie Museum (fig. 8b ci-dessus), mais même dans ce cas, les petites mandibules sont doublées de larges pinces figurées par un plus grand arc de cercle. Enfin, nous avons déjà évoqué les deux appendices supplémentaires, formant comme des pattes miniatures à proximité de la tête de l’arthropode, qui ne connaissent pas plus de parallèle.
Figure 9. Tracé d’un des scorpions de la coupe de l’Institut d’Égyptologie. Dessin A. Brémont. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.d99dmk11.
  1. Un seul autre objet à notre connaissance présente des similarités avec les éléments incongrus relevés sur la coupe de Strasbourg : une autre coupe conservée au Fitzwilliam Museum de Cambridge (fig. 10) et inventoriée en 1932, soit une vingtaine d’années après la date d’achat de celle de Strasbourg. Même si sa forme est plus typique du répertoire céramique de cette période (un simple bol hémisphérique), elle présente au moins un arthropode aux caractéristiques comparables aux scorpions de la coupe de l’Institut d’Égyptologie. S’il semble cette fois s’agir d’un genre d’araignée (un animal tout à fait inconnu du bestiaire prédynastique), on lui reconnaît les mêmes petites mandibules circulaires et le quadrillage couvrant le corps [un motif que les peintres et graveurs prédynastiques n’appliquent normalement qu’au crocodile et aux mammifères, mais jamais aux scorpions, ni aux serpents (Brémont 2021, p. 713)]. Le reste du décor rappelle également celui de la coupe de Strasbourg, notamment l’omniprésence de lignes ondulées. Il n’est là aussi pas anodin que les vases de la catégorie C-ware, malgré leur goût pour les décors géométriques, n’emploient presque jamais ce type de ligne ondulée très régulier2, qui devient en revanche pléthorique dans le répertoire plus tardif de la D-ware.
Figure 10. Un parallèle très proche de la coupe de Strasbourg : Cambridge, Fitzwilliam Museum, inv. no. E.216.1932, https://collection.beta.fitz.ms/id/image/media-22092. Cliché Fitzwilliam Museum, University of Cambridge, Creative Commons Licence https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/.
  1. Un dernier élément vient renforcer le parallèle entre ces deux objets à l’exclusion de tout autre dans la production C-ware : la matière picturale elle-même et surtout la manière dont elle est partiellement effacée. Si nous avons relevé au début de cette notice que la peinture sur les vases de cette catégorie tendait parfois à s’écailler en laissant un « fantôme » plus mat encore bien visible en lumière rasante, celui-ci reste en revanche bien net, et le phénomène ne paraît jamais laisser des formes de traînées ou de bavures grisâtres autour du trait original comme c’est le cas sur les deux coupes de Strasbourg et du Fizwilliam Museum (comparer avec les vases de la figure 11). Pourraient-elles trahir un effacement volontaire pour éviter que l’objet ne paraisse trop « neuf » ? Une telle pratique entrerait en tout cas en résonance avec une autre pratique commune des ateliers de faussaires (que l’on peut probablement mettre en regard de deux autres vases de la collection de l’Institut d’Égyptologie, cf. la notice sur le vase IES-NI-6047, à paraître), à savoir celle d’utiliser de véritables céramiques antiques, et même déjà cassées (comme c’est sans doute le cas ici), afin d’accréditer l’authenticité de leur produit à la fois au point de vue de la forme céramique et de l’état de surface d’un objet ancien3. Dans le cas qui nous occupe cependant, le faussaire aurait commis une « erreur de grammaire » en choisissant une forme qui ne s’accorde pas chronologiquement au décor qu’il a choisi d’y appliquer.
Figure 11. Aspect normal des plages de peinture effacées en C-ware
a. Lyon, Musée des Confluences inv. no. 90000115 (d’après Emmons et al. 2010, cat. no. 21)
b. Princeton University Museum inv. no. 1930-491 (photo A. Brémont ; cf. Kantor 1953). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.5c17r864.

Conclusion

  1. La comparaison avec la coupe du Fitzwilliam Museum inv. no. E.216.1932 achève de confirmer le caractère atypique du vase conservé à Strasbourg. Leur authenticité ne peut être écartée dans l’absolu tant que l’hypothèse stylistique n’est pas prouvée par une analyse physico-chimique (notamment datation par thermoluminescence), en particulier au vu de l’absence de standardisation des productions figurées à une si haute époque. On connaît du reste, pour la période des D-wares notamment, des imitations issues de localités qui n’en produisaient pas traditionnellement, au sud (Hiérakonpolis, par ex. Chicago Oriental Institute inv. no. E29871) ou au nord (Abousir el-Melek, dans le Fayoum, par ex. Berlin Ägyptisches Museum inv. no. 19095) de la zone-cœur de leur fabrication, lesquelles sont tout à fait authentiques malgré l’aspect très inhabituel de leur décor comme de leur technique. Mais dans le cas qui nous occupe, la multiplication des éléments inattendus – au point de vue de la forme céramique, du décor figuré comme géométrique et jusqu’au comportement du pigment au niveau taphonomique – se double de deux éléments qui alimentent l’hypothèse du faux.
  1. D’une part, toutes ces anomalies se retrouvent sur les deux objets, semblables entre eux mais isolés du reste de la production ; c’est un élément que l’on retrouve sur d’autres groupes d’objets suspects, vendus à différents musées mais quasi-identiques entre eux4. D’autre part, plutôt que de renvoyer à une culture visuelle différente (dans le cas d’une imitation produite par une autre société) ou à un univers mental tout à fait original (comme on pourrait par exemple l’attendre d’un producteur d’images amateur, qui serait peu familier des productions « standard »), ces deux objets se signalent par des choix que l’on pourrait caractériser d’aberrants. C’est le cas de l’absence de représentation des grandes pinces du scorpion au profit exclusivement de ses mandibules, à rebours de l’ensemble des codes nagadiens pour représenter cet animal, et même de la logique, cet élément participant de la Gestalt définitoire du scorpion. C’est également le cas des éléments qui semblent anticiper sur une culture visuelle qui se développe uniquement plus tardivement, en particulier les lignes ondulées très caractéristiques de la D-ware. Plutôt qu’une production atypique imputable à un atelier en particulier, à l’écart des tendances développées dans le reste de la C-ware, il faut ici probablement envisager l’hypothèse qu’il s’agisse de deux faux, produits entre 1910 et 1930, probablement sur de véritables céramiques antiques quoiqu’issues d’une période différente (cf. la notice sur le vase IES-NI-6047, à paraître), et fondés sur l’image que leur auteur se faisait de la culture matérielle prédynastique à partir des publications accessibles à l’époque.

Données numériques en ligne

  • Droux, Xavier (2022), Predynastic Online Database, www.ponda.org, consulté le 30/12/2022 [Mention comparative].
  • Khattab, Nada (2023), « Predynastic Vase (Imitation?), inv. IES NI 5451 », Artifact Survey IES-MOD-NI-5451-1, Strasbourg, DOI : 0.34847/nkl.8c5auvl4, https://skfb.ly/oDpLr, consulté le 28/01/2023.

Bibliographie

Publications de l’objet IES-NI-5451

  • Graff, Gwenola (2009), Les peintures sur vases de Nagada I – Nagada II. Nouvelle analyse sémiologique de l’iconographie prédynastique, Louvain, p. 233, no. 120 [publication partielle].
  • Antiquités égyptiennes, Strasbourg, Exposition à l’Ancienne Douane. 12 juillet – 15 octobre 1973, Strasbourg, p. 30, no. 80 [publication partielle].

Bibliographie générale

  • Arkell, Anthony J. (1975), The Prehistory of the Nile Valley, Leiden [mention comparative].
  • Brémont, Axelle (2021), L’envers du décor. Perspectives archéologiques et anthropologiques sur l’iconographie nagadienne (ca. 3800-3100 av. J.-C.) : Production, Consommation, Représentations, thèse de doctorat inédite, Sorbonne Université.
  • Brunton, Guy & Caton-Thompson, Gertrude (1928), The Badarian Civilisation and Predynastic Remains near Badari, Londres.
  • Dee, Michael et al. (2013), « An Absolute Chronology for Early Egypt Using Radiocarbon Dating and Bayesian Statistical Modelling », Proceedings of the Royal Society A. Mathematical, Physical and Engineering Sciences, vol. 469, no. 2159.
  • Emmons, Deirdre et al. (2010), L’Égypte au Musée des Confluences. De la palette à fard au sarcophage, Lyon, cat. no. 21 [Mention comparative].
  • Evans, Linda (2015), « Invertebrates in Ancient Egyptian Art: Spiders, Ticks, and Scorpions », in Magali Massiera, Bernard Mathieu, Frédéric Rouffet (dir.), Apprivoiser le sauvage / Taming the Wild, Montpellier, p. 147-157.
  • Förster, Frank (2022), « A Pretty Happy Hippo: Pictorial Narrativity in the Early Naqada Period », in Gunnar Sperveslage (éd.), Early Egyptian Miscellanies. Discussions and Essays on Predynastic and Early Dynastic Egypt, Londres (IBAES 26), p. 37-50 [Mention comparative].
  • Hartmann, Rita (2016), Umm el-Qaab IV. Die Keramik der älteren und mittleren Naqadakultur aus dem prädynastischen Friedhof U in Abydos (Umm el-Qaab), Wiesbaden.
  • Huyge, Dirk & Darnell, John C. (2010), « Once more British Museum EA 35324 », Göttinger Miszellen 225, p. 71-74 [Mention comparative].
  • Kantor, Helene J. (1953), « Prehistoric Egyptian Pottery in the Art Museum », Record of the Art Museum, Princeton University, vol. 12, no. 2, p. 67-83 [Mention comparative].
  • Kendall, Timothy (2007), « Mehen: the Ancient Egyptian Game of the Serpent », in Ingrid Finkel (éd.), Ancient Board Games in Perspective, Londres, p. 33-45.
  • Le Provost, Valérie (2017), « Ayn Asil, les dernières coupes carénées de type Maidum-bowl, fin de l’Ancien Empire – début de la Première Période Intermédiaire », Bulletin de liaison de la céramique égyptienne, 27, p. 183-194.
  • Marchand, Sylvie & Thiers, Christophe (2021), « Ermant à l’Ancien Empire », Bulletin de liaison de la céramique égyptienne, 30, p. 105-136.
  • Meeks, Dimitri (2010), « De quelques “insectes” égyptiens. Entre lexique et paléographie », in Peter Der Manuelian & Ramadan Hussein (dir.), Perspectives on Ancient Egypt. Studies in Honor of Edward Brovarski, Le Caire, p. 274-302.
  • Payne, Joan C. (20002), Catalogue of the Predynastic Egyptian Collection in the Ashmolean Museum, Louvain [Mentions comparatives].
  • Petrie, William Flinders (1921), Corpus of Predynastic Pottery and Palettes, Londres [Mentions comparatives].
  • Rashed, Mohamad Gamal (2016), « An Ostrich Eggshell Incised with Motifs of the Predynastic Pottery », Cahiers Caribéens d’Égyptologie, 21, p. 11-26.
  1. Selon les dernières chronologies de référence radiocarbone, notamment (Dee et al. 2013). []
  2. Les peintres de C-wares emploient en fait des chevrons, des rangées de triangles ou des lignes brisées d’ampleur bien supérieure (e.g. Boston Museum of Fine Arts inv. no. 11.312, illustrée fig. 3d supra). Le seul exemple de lignes ondulées similaires (mais non identiques, en particulier parce qu’elles figurent probablement des harpons) que nous ayons repéré en C-ware est le bol conservé au Royal Ontario Museum de Toronto inv. no. 900.2.15. []
  3. Ainsi d’un œuf d’autruche incisé récemment rapatrié par l’Égypte pour être intégré au Musée du Caire (Rashed 2016) dont l’auteur a puisé les motifs dans les facsimilés de Petrie, allant jusqu’à copier verbatim une palette en forme de poisson trahie d’une part par sa forme atypique et d’autre part par l’impossibilité qu’un tel artefact ait pu figurer sous cette forme dans une production peinte ou gravée. []
  4. Par exemple les trois palettes en forme de poisson tout à fait atypiques (sur un corpus de plus de 400 exemplaires) mais parfaitement identiques entre elles jusqu’à l’emplacement des perforations, conservées respectivement au Louvre (inv. no. E.22731), au Petrie Museum (inv. no. UC 15781) et au Royal Ontario Museum de Toronto (inv. no. 909.34.1). Cf. démonstration complète dans (Brémont 2020, p. 228-230). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search