Un bol Red-Polished à la décoration atypique (IES-NI-6047)

Par Axelle Brémont, Institut français d’archéologie orientale

Abstract : A second Predynastic object in the IES collection (a red-slipped deep bowl with whitish decoration in the style of C-ware pottery) bears an interesting decoration. While the repertoire is in accordance with the habits of C-ware pottery – herringbone motif, crocodiles and fish – , their morphology is original and does not correspond to any known parallel. Close examination reveals they find their closest comparison with two strange vases painted in the style of D-wares, bringing doubts as to these three vases’ authenticity, since these two categories of pottery normally never overlap in their repertoire and especially style. It is suggested this bowl’s painting decoration may be a forgery, although it could also represent the original production of a hitherto unknown workshop.

Pdf : to be uploaded.

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link: https://nakala.fr/collection/10.34847/nkl.bb53l6o9.

Numéros d’inventaire :

Numéro actuel : IES-NI-6047.

Anciens numéros :IES-Montet/Spiegelberg-1877.

Provenance et contexte :

Acheté par W. Spiegelberg entre février et avril 1911 à Louxor auprès de Mansur.

Dimensions :

Diamètre 23,5 cm x hauteur 13 cm.

Matériau :

Céramique polie à engobe rouge.

Datation proposée :

Céramique Nagada I-IIA, décor ajouté à la période moderne ?

Figure 1. Décor peint de la coupe IES-NI-6047, vue orthographique du dessus d’après le modèle 3D IES-NI-6047-1 (Khattab 2023). Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.61a61ays

Description

Large bol de forme tronconique à lèvre éversée, en pâte argileuse nilotique polie et recouverte d’un engobe rouge. Un décor peint de couleur crème, légèrement jaune, couvre les parois internes ainsi que le pourtour extérieur de la lèvre ; le haut des parois extérieures est également scandé de séries de trois lignes ondulées. Le décor intérieur est figuratif, consistant (outre une frise de chevrons sous la lèvre et en corolle autour du fond) en trois crocodiles dirigés tête vers le bas et intercalés avec des motifs de chevrons imbriqués. Le fond, plus érodé, porte une ronde de six poissons entourant eux-mêmes ce qui semble être un poisson de même type et de plus grand module.

Figure 2. Coupe IES-NI-6047, modèle IES-2023-NI-6047-1 (Khattab 2023), partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/oINYV). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.1dcc35wv.

Commentaire

  1. Cette forme de bol aux parois sinueuses et à la lèvre large et éversée est typique de la production prédynastique (formes P15a/b/D, 19G pour une variante plus profonde, du Corpus of Predynastic Pottery compilé par William Flinders Petrie (Petrie 1921), P01.2F à 02.1F chez Rita Hartmann (Hartmann 2016)). Son traitement de surface l’est tout autant, sous la forme d’un polissage suivi de l’application d’un engobe rouge à base d’argile riche en hématite. De tels bols dits Red-polished sont pour le moment datés entre Nagada IA et IIA sans phasage plus précis, et Stan Hendrickx indique qu’ils peuvent même se prolonger jusqu’à Nagada IIC voire IID1 (Hendrickx 1989, p. 88-89).
Figure 3. Profil de la coupe IES-NI-6047, vue orthographique d’après le modèle 3D IES-NI-6047-1 (Khattab 2023). Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9a0f66i4.
  1. La première proposition de datation, quoique très large (entre ca. 3700 et 3500 av. J.-C.1), est cohérente avec la présence sur le vase de Strasbourg comme sur une minorité de ce type de vase d’une décoration peinte en blanc, les faisant donc entrer dans la catégorie dite C-ware. En particulier, les chevrons imbriqués comme ceux qui scandent les parois intérieures sont un élément assez fréquent sur les vases de cette catégorie (e.g. Ashmolean Museum inv. n. E.3101, fig. 4a).
Figure 4. Echantillon représentatif de crocodiles dans le répertoire C-ware (Nagada I-IIA) a/ Abadiyah. Ashmolean Museum, inv.no. E.3101 (d’après Payne 2000, cat.no. 388) b/ el-Mahâsna. British Museum, inv.no. EA 49025 (© The Trustees of the British Museum, Creative Commons CC BY-NC-SA 4.0) c/ Abydos. Musée du Caire, inv.no. JE 99582 (photo de l’autrice). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.f68foe37.
  1. Le motif du crocodile est particulièrement en faveur durant cette phase et même ponctuellement en D-ware, le type de vase à décor peint figuratif qui succède aux C-wares entre Nagada IIC et IIIA (ainsi d’un bol conservé à l’Ashmolean Museum, inv. n. 1895.579, ou d’une série de jarres provenant de la région de Nag‘ Hamadi, e.g. Ashmolean Museum inv. n. E.2882). La morphologie adoptée par ceux dessinés sur le bol de l’Institut d’égyptologie, cependant, est atypique, et incite à une enquête plus poussée.
  1. L’immense majorité des crocodiles représentés en C-ware adoptent une forme très caractéristique : tête losangique sans museau marqué ni détails faciaux2, corps peu ventru, queue présentant des indentations (normalement sur un seul côté), pattes filiformes et très courtes, munies de trois à quatre petits doigts ou parfois terminées par un léger ressaut. Ils sont invariablement ornés de quadrillages ou de chevrons qui couvrent seulement le tronc et la tête, comme on peut le voir sur la figure 3. Le bol de Strasbourg déroge donc à ces habitudes en plusieurs points : la tête est pourvue d’yeux, le museau très allongé (et plus proche de la morphologie d’un vrai crocodile), le corps plus bombé, la queue sans indentations ou crénelures, et les pattes larges, ornées du même quadrillage que sur le reste du corps (ce qui est tout à fait anormal) et terminées par cinq doigts assez longs et bien individualisés.
    Figure 5 : fac-similé d’un des crocodiles du bol de Strasbourg (dessin de l’autrice). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.44862x5c.

     

  1. Bien évidemment, au IVe millénaire avant notre ère, dans une culture où tout est façonné à la main (les potiers ne connaissent pas même le tour) et couvrant un territoire d’au moins quatre cent kilomètres du nord au sud à vol d’oiseau (presque cinq cents en suivant le fleuve), il est impossible que la culture matérielle soit tout à fait homogène, et il est donc tout à fait possible que ces différences morphologiques soient simplement dues à un atelier de production différent, à l’écart des productions les plus connues.
  1. Il existe d’autres exemples de crocodiles atypiques en C-ware (fig. 6), tous sans provenance connue et donc à l’authenticité non prouvée, mais cependant difficiles à balayer tout à fait en l’absence d’autres éléments. Celui du Petrie Museum, en particulier, présente quelques points de comparaison avec la forme atypique du bol de Strasbourg (mâchoire ouverte, corps en large ovale), et présente un décor géométrique certainement curieux, mais il respecte aussi d’autres conventions tacites des crocodiles C-ware (queue à indentations, pattes filiformes sans motif de remplissage) et la couleur et l’effacement partiel du pigment correspondent à ce qui est observé sur les vases issus de fouilles.
  • Figure 6. Vases C-wares ornés de crocodiles à l’aspect inhabituel, mais dont la fausseté ne peut être prouvée en l’état actuel du corpus. a) Leiden, Rijksmuseum, inv. n. F1930-4.1 (courtesy National Museum of Antiquities, Leiden, Creative Commons CC0). b) Petrie Museum inv.no. UC 15328 (d’après Petrie 1921, pl. XX.5M).
  1. Néanmoins, un élément incite particulièrement à la prudence dans le cas des crocodiles tels qu’ils sont représentés sur le bol de Strasbourg : l’existence de parallèles exacts à ce morphotype inhabituel sur deux vases plus tardifs conservés respectivement au musée de Te Papa Tongarewa, en Nouvelle-Zélande, et aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (fig. 7). On y retrouve les mêmes pattes quadrillées, les mêmes « mains » pourvues de cinq doigts bien écartés, les mêmes yeux, le même museau très allongé. La seule différence réside dans le remplissage du corps de l’animal, où les lignes ondulées ont remplacé le quadrillage, en accord avec les motifs géométriques les plus répandus dans cette classe de poterie, appelée D-ware et caractérisée par son décor peint en bordeaux sur une céramique beige sans engobe. Or il est tout à fait anormal qu’un même morphotype se retrouve presque sans aucun changement dans le répertoire de la C-ware et dans celui de la D-ware, qui lui succède après un hiatus de près d’un siècle.
Figure 7. Parallèles à la morphologie des crocodiles de Strasbourg.
a) Vase Wavy-handled peint dans la tradition D-ware. Te Papa Tongarewa, inv. n. CG002287, Creative Commons BY-NC-ND 4.0.
b) Grande jarre Late-ware peinte dans la tradition D-ware. Bruxelles MRAH, inv. n. E.06400 (ImageStudio © Royal Museums of Art and History, Bruxelles, Creative Commons CC BY – KMKG/RMAH/MRAH).
  1. Ces deux vases ont eux-mêmes de grandes chances de ne pas être authentiques : le décor tout à fait atypique (non limité au crocodile, mais assorti de motifs de demi-cercles sans parallèles dans le premier cas, d’une frise de bucranes dans le second), assorti au fait que les crocodiles sont peu fréquents et très standardisés dans les D-wares normales ; le fait qu’il soit quasi-identique sur les deux exemplaires alors qu’il ne se retrouve nulle part ailleurs, un élément caractéristique des séries de faux (cf. Brémont 2023) ; jusqu’au fait que le premier vase soit une forme dite Wavy-handled, laquelle ne porte que très exceptionnellement des décors peints figurés. Quant aux poissons présents dans le fond du bol, ils sont plus conformes aux représentations bidimensionnelles courantes dans le reste de l’art prédynastique. On note cependant qu’ils sont habituellement, en C-ware, exclusivement représentés au trait (sans remplissage interne3) et ne sont jamais ornés d’un quadrillage.

    Figure 8. Détail des poissons du décor peint de la coupe IES-NI-6047, vue orthographique du dessus d’après le modèle 3D IES-2023-NI-6047-1. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.d41bq3cb.
  1. Pour finir, nous n’avons pas connaissance d’un autre vase C-ware dont l’intérieur présente des résidus noirâtres comme accrochés par le pigment blanc. Bien évidemment, il peut s’agir de traces d’origine taphonomique, liées aux conditions d’enfouissement qui diffèrent donc d’un objet à l’autre. Il est cependant intéressant de noter que les vases C-ware examinés jusqu’ici ont systématiquement tendance à ne faire montre d’aucun résidu ou usure identifiable à l’exception de l’effacement partiel du pigment (cf. Brémont 2023).

    Conclusion

  1. À la différence de l’autre vase « prédynastique » conservé à l’Institut d’égyptologie et acheté dans le même lot que celui-ci, le bol IES-NI-6047 n’est pas identifiable immédiatement sans réserves comme un faux. Il est certain que les motifs présentent des anomalies, mais ils demeurent suffisamment cohérents avec le répertoire général (crocodile, chevrons, poissons) et les habitudes graphiques de la C-ware, qui est elle-même loin de former une catégorie au décor standardisé. Néanmoins, le rapprochement avec les deux fausses D-wares conservées à Bruxelles et à Papa Tongarewa semble permettre de lever l’incertitude. Comme dans le cas de ces deux vases, le support céramique est probablement authentique, mais semble avoir reçu une décoration peinte afin d’en augmenter la valeur à l’époque moderne : il s’agit d’une pratique courante des ateliers de faussaires.
  1. Le troisième vase prédynastique décoré conservé à l’Institut d’égyptologie (inv. n. IES-NI-6058) et acheté dans le même lot (fig. 9) fait d’ailleurs partie d’une série extrêmement prolifique de tels vases, peints dans un style similaire (à tel point que la fréquence de ces caractéristiques avait fini par faire croire à un atelier bien spécifique (Brunton 1934)) et sur de véritables objets prédynastiques. Seule la datation par thermoluminescence, puisque les vases sont recuits afin d’assurer l’adhérence du pigment, a permis de trancher définitivement ce dossier (Payne 1977).
    Figure 9. Extrait de l’inventaire de Spiegelberg mentionnant les trois vases 1876, 1877 et 1878 acquis en lot à Louxor en 1911. Le savant y émet également des doutes sur la possibilité que le vase 1878 = IES-NI-5451 soit un faux (cf. Brémont 2023Brémont 2023).

  1. Certains de ces vases (notamment fig. 10) présentent d’ailleurs des ressemblances troublantes avec des éléments du décor des fausses D-wares à crocodiles de Bruxelles et de Papa Tongarewa – pâleur inhabituelle du pigment, usage immodéré des lignes ondulées comme élément de remplissage des motifs figurés voire comme trait de dessin, présence de motifs de frise originaux comme les demi-cercles. La boucle serait alors bouclée, puisque non contents d’avoir été acquis dans un même lot, les objets IES-NI-6058 et IES-NI-6047 auraient alors peut-être été produits par un même atelier de faussaire imitant tantôt la C-ware, tantôt la D-ware, mais finalement identifiable par le jeu des comparaisons.
Figure 10. Faux vase D-ware présentant des points de comparaison avec IES-NI-6047 et les vases de Bruxelles et de Papa Tongarewa. Otago Museum, Dunedin (Nouvelle-Zélande), inv. n. E44.446.

Bibliographie 

Publications de l’objet IES-NI-6047

  • Graff, Gwenola, 2009, Les peintures sur vases de Nagada I – Nagada II. Nouvelle analyse sémiologique de l’iconographie prédynastique, Louvain, p. 222, n. 085.
  • Khattab, Nada, 2023, « Predynastic Vase (Imitation?) IES-2023-NI-6047 », Artifact Survey IES-NI-6047-1, Strasbourg, 2023, DOI : 10.34847/nkl.1dcc35wv, https://skfb.ly/oINYV.

Bibliographie générale

  • Brémont, Axelle, 2023, « Une coupe à scorpions inspirée de l’imagerie C-ware, probable faux moderne (IES-NI-5451) », Recollecta Aegyptiaca, 29 janvier 2023, https://recaeg.hypotheses.org/1705, accessed 5 juillet 2023.
  • Brunton, Guy, 1934, « Modern Painting on Predynastic Pots », Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, n. 34, p. 149-157.
  • Dee, Michael, Wengrow, David, Shortland, Andrew, Stevenson, Alice, Brock, Fiona, Girdland Flink, Linus, Bronk Ramsey, Christopher, 2013, « An Absolute Chronology for Early Egypt using Radiocarbon Dating and Bayesian Statistical Modelling », Proceedings of the Royal Society A. Mathematical, physical and engineering sciences, 469, n. 2159, 2013.
  • Hartmann, Rita, 2016, Umm el-Qaab IV. Die Keramik der älteren und mittleren Naqadakultur aus dem prädynastischen Friedhof U in Abydos (Umm el-Qaab), Wiesbaden, 2016.
  • Hendricks, Stan, 1989, De Grafvelden der Naqada-cultuur in Zuid-Egypte, met bijzondere aandacht voor het Naqada III Grafveld te Elkab. Interne chronologie en sociale differentiatie, II, Tabellen en bibliografie, thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, 1989.
  • Payne, Joan C., 1977, « Forged Decoration on Predynastic Pots », Journal of Egyptian Archaeology, 63, 1977, p. 5-12.
  • Payne, Joan C., 2000, Catalogue of the Predynastic Egyptian Collection in the Ashmolean Museum, Louvain, 20002.
  • Petrie, William Flinders, 1921, Corpus of Predynastic Pottery and Palettes, Londres, 1921.

 



Citer ce billet
Axelle Brémont (2023, 10 juillet). Un bol Red-Polished à la décoration atypique (IES-NI-6047). Recollecta Aegyptiaca. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tchp

  1. Selon les dernières chronologies de référence radiocarbone, notamment (Dee et al. 2013). []
  2. Les seules exceptions étant les deux gobelets, sans aucun doute produits par le même atelier, Metropolitan Museum inv. n. 12.182.14 et Musée du Caire inv. n. CG 88132, mais le museau y demeure court et trapu. []
  3. Nous avons connaissance d’un unique cas, en D-ware et non C-ware, où les poissons sont représentés avec un remplissage en aplat : le vase, si atypique mais trouvé en fouilles et donc indubitablement authentique, du Gebel Silsileh conservé au Musée du Caire, inv. n. CG 18805. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search