Les figurines d’Harpocrate au pot de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Les figurines d’Harpocrate au pot de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg », Recollecta Aegyptiaca, 6 août 2020, https://recaeg.hypotheses.org/501, accessed 27 septembre 2020.

La figure d’Harpocrate au pot est la plus répandue1 des représentations de cette divinité durant la période gréco-romaine. Ce dieu-enfant peut adopter différentes attitudes (chevauchant un lion ou une oie, tenant une corne d’abondance ou encore assis sur une fleur de lotus), mais sa posture est souvent la même : il porte un doigt à la bouche (pour le sucer), geste typique des enfants dans l’art égyptien. Il existe cependant plusieurs variétés d’Harpocrate au pot : le dieu peut être assis ou appuyé à un pilier, plonger sa main dans le récipient qu’il tient ou la porter à la bouche. Les chercheurs ont longtemps pensé que le pot contenait de l’eau du Nil et faisait référence à une libation rituelle, mais M. Malaise2 a montré de manière convaincante que son contenu était plutôt une bouillie destinée aux enfants, que le dieu était en train de manger. À travers cette représentation, Harpocrate assure à ses petits protégés l’abondance de la nourriture qui leur est nécessaire. La collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg comporte quatre figurines en terre cuite représentant Harpocrate au pot : il est assis pour trois d’entre elles (IES-NI-0618, 0645, et 6122) et se tient debout sur la dernière (IES-NI-5068).

Bibliographie générale

  • Dunand, Françoise, 1990, Catalogue des terres cuites gréco-romaines d’Égypte (Louvre), Paris.
  • Malaise, Michel, 1991, « Harpocrate au pot », in Ursula Verhoeven, Erhart Graefe (éd.), Religion und Philosophie im alten Ägypten: Festgabe für Philippe Derchain zu seinem 65. Geburtstag am 24. Juli 1991, Leuven, (OLA 39), p. 219-232.
  • Malaise, Michel, 2000, « Harpocrate : problèmes posés par l’étude d’un dieu égyptien à l’époque gréco-romaine », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques 11 (7-12), p. 401-431, https://www.persee.fr/doc/barb_0001-4133_2000_num_11_7_23369.
  • Meeks, Dimitri, 2010, « Harpocrates » in Iconography of Deities and Demons in the Ancient Near Est. http://www.religionswissenschaft.uzh.ch/idd/prepublications/e_idd_illustrations_harpocrates.pdf
  1. Malaise 1991. []
  2. Ibidem ; Malaise 2000. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.