Les figurines d’Harpocrate au pot de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède


La figure d’Harpocrate au pot est la plus répandue1 des représentations de cette divinité durant la période gréco-romaine. Ce dieu-enfant peut adopter différentes attitudes (chevauchant un lion ou une oie, tenant une corne d’abondance ou encore assis sur une fleur de lotus), mais sa posture est souvent la même : il porte un doigt à la bouche (pour le sucer), geste typique des enfants dans l’art égyptien. Il existe cependant plusieurs variétés d’Harpocrate au pot : le dieu peut être assis ou appuyé à un pilier, plonger sa main dans le récipient qu’il tient ou la porter à la bouche. Les chercheurs ont longtemps pensé que le pot contenait de l’eau du Nil et faisait référence à une libation rituelle, mais M. Malaise2 a montré de manière convaincante que son contenu était plutôt une bouillie destinée aux enfants, que le dieu était en train de manger. À travers cette représentation, Harpocrate assure à ses petits protégés l’abondance de la nourriture qui leur est nécessaire. La collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg comporte quatre figurines en terre cuite représentant Harpocrate au pot : il est assis pour trois d’entre elles (IES-NI-0618, 0645, et 6122) et se tient debout sur la dernière (IES-NI-5068).

Bibliographie générale

  • Dunand, Françoise, 1979, Religion populaire en Égypte romaine, Leiden, p. 74-75.
  • Dunand, Françoise, 1990, Catalogue des terres cuites gréco-romaines d’Égypte (Louvre), Paris.
  • Malaise, Michel, 1991, « Harpocrate au pot », in Ursula Verhoeven, Erhart Graefe (éd.), Religion und Philosophie im alten Ägypten: Festgabe für Philippe Derchain zu seinem 65. Geburtstag am 24. Juli 1991, Leuven, (OLA 39), p. 219-232.
  • Malaise, Michel, 1994, « Questions d’iconographie harpocratique soulevées par des terres cuites d’Égypte gréco-romaine », in Catherine Berger, Gisèle Clerc et Nicolas Grimal, Hommages à Jean Leclant, volume 3, Le Caire (BDE 106/3), p. 373-384.
  • Malaise, Michel, 2000, « Harpocrate : problèmes posés par l’étude d’un dieu égyptien à l’époque gréco-romaine », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques 11 (7-12), p. 401-431, https://www.persee.fr/doc/barb_0001-4133_2000_num_11_7_23369.
  • Meeks, Dimitri, 2010, « Harpocrates » in Iconography of Deities and Demons in the Ancient Near Est. http://www.religionswissenschaft.uzh.ch/idd/prepublications/e_idd_illustrations_harpocrates.pdf
  • Sandri, Sandra,2006, Har-pa-chered (Harpokrates). Die Genese eines ägyptischen Götterkindes, Leuven, (OLA 151) .


Citer ce billet
Cassandre Hartenstein (2020, 6 août). Les figurines d’Harpocrate au pot de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg. Recollecta Aegyptiaca. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tchi

  1. Malaise 1991. []
  2. Ibidem ; Malaise 2000. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search