Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of god Harpokrates holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was probably deposited by the Louvre Museum in 1921, from the excavations at Antinoe.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068) », Recollecta Aegyptiaca, 25 septembre 2020, https://recaeg.hypotheses.org/527, accessed 30 octobre 2020.

Figure 1. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, détail du torse. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire :
Numéro actuel : IES-NI-5068.
Ancien numéro : IES-Montet/Bucher-2710A.
Dimensions :
H. : 19 cm. L. : 7 cm. Ép. : 4,6 cm.

Couleur charte Munsell :
Surface érodée 7.5 YR 4/3 (brown).

Engobe brun 7.5 YR 5/4 (brown).

Provenance :
vraisemblablement Antinoé ?
Matériau : Terre cuite moulée à engobe brun, recouvert de peinture blanche. Datation : Époque gréco-romaine.

Description

La figurine est recouverte d’un engobe brun visible par endroits, lui-même masqué par une peinture blanche, encore présente dans les creux de l’objet (aucune trace de pigment d’une autre couleur n’est visible). La pièce a probablement été réalisée à partir d’un moule univalve : l’arrière, qui comporte un trou d’évent, est complètement lisse et ne comprend aucun détail moulé (figures 3, 8 et 9), contrairement à l’avant de la figurine. De plus, depuis la base ouverte (figure 11), on constate que l’épaisseur de la moitié arrière est plus fine, en contraste avec la quantité de pâte employée pour remplir le moule de la partie avant. À côté des barbures observables sur les jointures, on note quelques traces de lissage, sans doute réalisées avec un outil (figure 5), à l’arrière du coude gauche par exemple. Des empreintes de doigts sont visibles à l’intérieur de l’objet, du côté du dos, liées au modelage accompli par l’artisan.

     Le dieu Harpocrate, reconnaissable à la mèche de l’enfance visible à droite du visage, se tient debout sur une base. Il est vêtu d’une longue tunique à manches courtes, qui le recouvre depuis les deux boutons de lotus placés sur la tête et tenus par un bandeau, jusqu’aux chevilles. On peut observer sur la poitrine un relief ovoïde, qui pourrait représenter un pendentif. Un pénis disproportionné apparaît entre les deux pieds qui dépassent du vêtement. Le dieu plonge la main droite dans un pot de forme ovoïde, qu’il tient serré contre son flanc gauche.

Figure 2. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg.

Commentaire

     Cette figurine en terre cuite fait partie d’un lot de plusieurs centaines d’objets, arrivés à l’Institut d’égyptologie en 1950 sous la forme d’un don d’un particulier, répertorié sous la lettre « A » dans l’inventaire rédigé par l’abbé Bucher1. Les archives ne contiennent pas d’information sur les provenances de ces pièces ; cependant, une vingtaine sont originaires de Tanis2. Par ailleurs, il a été montré que certains objets se trouvaient déjà dans la collection strasbourgeoise au début du XXe siècle3.

     Notre figurine appartient à une série d’exemplaires qui paraissent être des copies pratiquement conformes, à l’exception de la base : quatre d’entre elles sont conservées au Musée de Berlin, une à la Glyptotek de Copenhague et quatre autres au Musée du Louvre. Malgré leur état de conservation très différent (il manque la tête du dieu pour deux pièces du Louvre, le pot est manquant sur la troisième et une des figurines de Berlin est cassée au niveau des jambes), on constate que les plis du vêtement sont identiques, ainsi que la disposition des pieds et du pénis, qui dépasse du vêtement. L’inclinaison et l’orientation de la main vers le pot sont également semblables. Les traits du visage et la coiffure des figurines n° 131 du Louvre, 109 et 110 de Berlin, et celle de Strasbourg présentent de grandes ressemblances, la nôtre étant un peu plus érodée à cet endroit. Fr. Dunand, qui a publié les trois pièces parisiennes, note qu’elles proviennent peut-être du même moule, tout comme celles de Berlin. En l’absence d’information sur le contexte archéologique de découverte des figurines, il est difficile d’en être certain. Néanmoins, la similitude de ces neuf objets laisse supposer qu’ils ont été fabriqués à partir du même archétype.

     La provenance de deux des statuettes du Musée de Berlin est inconnue (110 et 111) ; les autres (109 et 112) proviendraient du Fayoum. Les trois figurines du Louvre étaient auparavant conservées au Musée Guimet, qui contenait notamment les produits des fouilles réalisées en Égypte par A. Gayet, au début du XXe siècle. Pour une d’entre elles (n° 129), la provenance d’Antinoé est même certaine. Or, le musée du Louvre a effectué en 1921, à l’Institut d’égyptologie de Strasbourg, un dépôt qui comprenait des objets des fouilles d’A. Gayet à Antinoé, parmi lesquels trois Harpocrate au pot en terre cuite, d’après le document officiel. Ces statuettes ne sont plus identifiées avec certitude aujourd’hui dans la collection strasbourgeoise, mais il serait tentant de voir dans notre figurine une des pièces déposées par le Louvre à Strasbourg. Dans cette hypothèse, l’objet serait sorti de la collection après son dépôt par le Louvre en 1921, pour une raison inconnue, puis y aurait été réintégrée au sein du don « A ».

Figure 3. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de derrière. © Fr. Colin, Université de Strasbourg.

Bibliographie

Choix de parallèles de la figurine IES-NI-5068

  • Dunand, Françoise, 1990, Catalogue des terres cuites gréco-romaines d’Égypte : Musée du Louvre, département des antiquités égyptiennes, Paris, n° 129-131.
  • Fjeldhagen, Mette, 1995, Graeco-Roman Terracottas from Egypt, Catalogue NY Carlsberg Glyptotek, Copenhague, n° 9.
  • Weber, Wilhelm, 1914, Die Ägyptisch-Griechischen Terrakotten, Berlin (Mitteilungen aus der Ägyptischen Sammlung Berlin 2), n° 109-112.

Figures

Figure 4. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de profil droit. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 5. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de profil gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 6. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de trois quarts avant droite. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 7. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de trois quarts avant gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 8. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de trois quarts arrière droite. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 9. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de trois quarts arrière gauche. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 10. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue du dessus. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Figure 11. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue du dessous. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

  1. L’histoire et le détail de ce don, dont le mystère du sigle « A » a été récemment résolu, feront l’objet d’un article à venir dans ce carnet. []
  2. Il est certain qu’une série d’objets de ce don proviennent des fouilles de Pierre Montet à Tanis : c’est le cas notamment de terres cuites, de figurines en faïence, de bronzes et d’au moins une stèle. []
  3. C’est le cas de plusieurs objets provenant de Tanis. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.