Une statuette de sphinx en pierre au nom de Psammétique Ier (IES-NI-5286)

Par Frédéric Colin, Chaire Marc Bloch de l’University of Strasbourg Institute for Advanced Study, CNRS, UMR 7044 Archimède

Abstract: Publication of a stone sphinx statuette, which was bought by W. Spiegelberg in Cairo in 1902/1903. The curious inscription bearing the title of Psammetichus I may be a secondary addition in order to customize the sculpture. By purchasing a small portable figure of this type, the customer was perhaps acquiring the devotional copy of a larger royal image belonging to a temple, which was a focus of some special worship within the local community. This humble artwork may have assumed a votive function, if the purchaser intended to offer it in a shrine, or a commemorative function, if it was an expression of his personal piety towards the king in the private sphere of the household.

 

Pdf : Colin 2022, Sphinx_en_pierre_IES_NI_5286_3-avec compression_1

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link:

https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.76de2zda

Figure 1 : Statuette IES-NI-5286, vues orthographiques de devant, de derrière, de droite, de gauche, du haut et du bas, du modèle IES_MOD_NI_5286_A_1 (voir Colin 2022). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9acbq87b.
Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5286. Anciens numéros : IES-Spiegelberg-1394, IES-Montet/Bucher-1394.

Provenance et contexte :

Acquis par W. Spiegelberg sur le marché des antiquités au Caire, lors d’un séjour en hiver 1902/1903.

Dimensions : Hauteur maximale 7 cm. Longueur maximale 12,7 cm. Largeur maximale 6,11 cm. Épaisseur du socle régulière, entre 1,51 et 1,58 cm.
Matériau : Calcaire patiné couvert de diverses substances.
Datation : Règne de Psammétique Ier, si l’inscription du socle est authentique.

1. Description

La pièce s’est brisée transversalement à l’axe du sphinx, suivant une ligne de fracture irrégulière et légèrement de biais par rapport à la perpendiculaire. Toute la partie antérieure est perdue, épaules, tête et pattes, dont on ignore si elles tenaient un objet ou étaient posées à plat comme la majorité des exemples connus. De la coiffe il ne reste que la queue à l’arrière du némès. Par comparaison avec des exemplaires complets, la longueur de la statuette peut s’être réduite d’un peu moins de la moitié, ce qui supposerait une dimension d’origine autour d’une vingtaine de cm. L’objet est par ailleurs bien conservé. On observe quelques éclats sur les arêtes des bords du socle, à gauche et à droite, et à son angle postérieur droit. Des ébréchures affectent aussi la queue de l’animal près de son extrémité ainsi qu’au contact des métatarses droits. Le grasset droit est bosselé, tandis qu’à l’emplacement du genou symétrique, à gauche, la surface est érodée, ce qui laisse apparaître le cœur de la pierre sous la croûte de surface. Cette dernière est composée d’un premier niveau de couleur blanche, recouvert de résidus d’une croûte brune orangée conservée en plaquettes, à des degrés divers, sur l’ensemble de la pièce. Une étude archéométrique permettrait de déterminer la composition de ces restes de matière pigmentée, qui paraissent d’origine. De même, diverses taches peut-être ultérieures à l’abandon de l’objet dans le gisement, et peut-être aussi post-découverte, mériteraient une identification chimique.

Figure 2 : Statuette IES-NI-5286, vue du côté droit. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.97bb7108.
Figure 3 : Statuette IES-NI-5286, vue du côté gauche. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3fc3104m.
Figure 4 : Statuette IES-NI-5286, vue du dessus. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9fbfr58i.
  1. Les côtes sont rendues par des sillons nets, arqués vers l’avant. Le pli de peau descendant sur chaque flanc depuis le tibia vers l’avant du corps est indiqué par une rupture de pente bien marquée. Deux légers creux convergent vers la queue à l’approche des hanches (observer le modèle 3D en mode matcap, sur sketchfab fig. 5), tandis que le départ du péroné depuis les jarrets est également rendu par des sillons, y compris du côté droit partiellement couvert par la queue enroulée. Les testicules, parfois sculptés près du départ de la queue, ne sont pas représentés. Les quatre doigts des pattes postérieures sont figurés, les trois intérieurs par des boudins qui se terminent par l’articulation métatarses-phalanges, le quatrième, extérieur, par un léger relief gravé en retrait des précédents.
Figure 5 : Statuette IES-NI-5286, modèle IES-MOD-NI-5286-A-1, partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/oBZ6F). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.
 

Continuer la lecture de « Une statuette de sphinx en pierre au nom de Psammétique Ier (IES-NI-5286) »

Anoukis, Hathor et les lionnes sur un vase à libation en bronze (IES-NI-1190)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: Publication of a bronze vase dedicated to Anukis, including new reading of the dedicating woman’s name. W. Spiegelberg purchased this artifact in 1905 in Cairo. Iconographical reinterpretation of the theme “Hathor face with two lionesses”, which the vase figures, according to parallels from the New Kingdom, with a special focus on the recent discovery of a bronze mirror in a coffin in al-Asasif (Theban necropolis). Dialogue between museum and field archaeologies.

Pdf : Colin 2020, Vase libation en bronze_IES_NI_1190_light

Figure 1. Vase en bronze IES-NI-1190, détail du col. © Frédéric Colin.

 Numéros d’inventaire
Numéro actuel : IES-NI-1190.
Anciens numéros : IES-Spiegelberg-1603, IES-Montet/Bucher-1603 et IES-Montet/Bucher-2505 biffé.

Provenance
Acheté par W. Spiegelberg sur le marché des antiquités au Caire lors d’un séjour en mars-avril 1905.
 Dimensions
 Hauteur du fond à la lèvre 14,2 cm. Hauteur  maximale (avec les lions) 15,8 cm.  Diamètre maximal (sous les seins) 6 cm.  Diamètre au bord 4,3 cm. Longueur de la  lionne à la gauche d’Hathor 2,2 cm.
Matériau
Métal cuivreux.

 Datation proposée
 Nouvel Empire, d’après la comparaison avec le type équivalent en  poterie de terre cuite, renforcée par l’attestation du thème iconographique des deux lionnes sur des vases de cette époque.


 Datations antérieures

« Der Stil der Hieroglyphen und des Hathorkopfes spricht für das  mittlere Reich (um 1800 v. Chr.) » (Spiegelberg).

  « Nouvel Empire » (Parlebas).

« (…) Datant probablement de la fin de la 18e dynastie (ou de la suivante), époque à laquelle les têtes d’Hathor en relief sont fréquentes sur les vases » (Lehnardt, peut-être d’après Keimer  1949, p. 1, non cité : « It belongs to a class of vases of the New Kingdom (about the end of the Eighteenth and Nineteenth dynasties) which is represented by many examples »).

« Époque tardive ? » (Delvaux).

Description

Petit vase à libation en bronze, présentant un fond rond, une panse ovoïde, une épaule étroite, un haut col droit et un bord mouluré (fig. 1-2). La silhouette du récipient est conçue comme un corps stylisé de déesse (« femino-form vase »1), dont la panse constitue le torse et le ventre (voir, par exemple, la perspective plongeante de la figure 3), tandis que deux pastilles saillantes forment les seins. Le visage d’Hathor aux oreilles de vache et aux tresses bouclées s’affiche à cheval sur le haut du col et sur le bord. Deux félins perchés sur la lèvre ont les pattes antérieures symétriquement posées en surplomb au-dessus du modius de la déesse, en sorte que celle-ci paraît comme coiffée d’une couronne animalière. Le décor est conçu pour être vu de l’extérieur et de face, car le corps des fauves ne comporte aucun détail du côté intérieur du vase (fig. 18). Comme les différents commentateurs l’ont observé, le liquide était vraisemblablement conduit entre les deux animaux, en s’écoulant par-dessus le visage hathorique.

Figure 2. Vase en bronze IES-NI-1190. © Frédéric Colin.

Continuer la lecture de « Anoukis, Hathor et les lionnes sur un vase à libation en bronze (IES-NI-1190) »

  1. Hope 1987, p. 20 ; 41, fig. 49 ; PUAM 24441. []

Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: This is the first article in a series devoted to scientific exchanges between Jean Capart, curator at the Musée du Cinquantenaire in Brussels and founder of Belgian Egyptology, and Wilhelm Spiegelberg, professor at the German University of Strasbourg and founder of an Egyptian collection and an institute for Egyptology. The purpose of this series is to celebrate the 120th anniversary of the first encounter of these scholars. The editing of an epistolary report written by the German scholar on the acquisitions made by Jean Capart, who had recently returned from a trip to Egypt, shows that Wilhelm Spiegelberg understood the significance of some interesting pieces long before other authors published them. His letter also illustrates the interest in art history and archaeology shown by this scholar, who is best known for his philological expertise.

Pdf : Colin 2020, Spiegelberg, Capart, Amitié savante (I)_light

Rapport épistolaire de Wilhelm Spiegelberg adressé à Eugène Van Overloop, feuillet 1 (cliché Fr. Colin). Voir plus bas pour les feuillets suivants.

Introduction

Nous vivrons dans quelques mois l’anniversaire des 120 ans d’amitié scientifique1 entre Wilhelm Spiegelberg (1870-1930), professeur à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg – le plus grand démotisant et un des plus grands égyptologues de tous les temps –, et Jean Capart (1877-1947), conservateur au Musée du Cinquantenaire2 à Bruxelles, considéré à juste titre comme le fondateur de l’égyptologie belge. Le premier imprima durablement sa marque sur le dispositif de recherche et de formation de l’université alsacienne, notamment en rassemblant une belle collection d’artefacts égyptiens, le second constitua une section et une bibliothèque égyptologiques au musée bruxellois (dernièrement renommé « Musée Art & Histoire »), et inaugura un enseignement à l’Université de Liège, sans lequel plusieurs générations d’égyptologues n’auraient pas vu le jour en Belgique. Continuer la lecture de « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) »

  1. Je remercie Mme Valérie Montens pour son aimable accueil en 2008 au service des archives du musée, lorsque j’y ai mené l’enquête dont est issu ce premier épisode d’une série conçue pour célébrer l’anniversaire des 120 ans de la rencontre de J. Capart et W. Spiegelberg. []
  2. Pour désigner ce musée, qui changea plusieurs fois de nom au cours de son histoire, nous utilisons ici l’expression qu’emploient couramment les echte Brusseleirs. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search