Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of a bronze plate, with two cartouches in the name of Akhenaton. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1905 in Egypt.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112) », Recollecta Aegyptiaca, 31 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1066, accessed 14 août 2022.

Pdf:Hartenstein 2021 Plaque Akhénaton IES-NI-1112_1

 

Figure 1. Plaque en alliage cuivreux au nom d’Akhenaton  IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg

 

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-1112. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1620, IES-Spiegelberg-1620.

Provenance et contexte :

Achat sur le marché des antiquités au Caire en mars-mai 1905 par W. Spiegelberg.

Dimensions : H. 3,9 cm. L. 4,9 cm. Ép. 0,7 cm.
Couleur charte Munsell : 7.5 YR 3/2 (dark brown).
Matériau : Alliage cuivreux (bronze ?).
Datation : Nouvel Empire, an 5 à 18 d’Akhénaton.

Description

Cette plaque comportant deux cartouches aux noms du pharaon Akhenaton est constituée d’un alliage cuivreux et les hiéroglyphes ont été gravés. Seule la marge à droite des cartouches semble d’origine ; celle de gauche et celle du bas (qui préserve les cartouches) sont en dents de scie et non rectilignes. La partie supérieure des cartouches est tronquée, mais les hiéroglyphes sont complets. On observe que l’extrémité inférieure de la plaque est enroulée sur elle-même. De même, dans l’angle en haut à gauche au recto, un petit pan de métal est replié. L’artefact est donc incomplet. Par ailleurs, le départ d’un troisième cartouche à gauche, est visible à deux endroits (voir figure 2).

     La plaque est fissurée deux fois au travers du cartouche de gauche ; sa fine épaisseur la rend très fragile.

Figure 2. Plaque en alliage cuivreux au nom d’Akhenaton  IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg Continuer la lecture de « Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112) »

Déesse au pot (IES-NI-5066)

 

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of a goddess holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1910.

 

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Déesse au pot (IES-NI-5066) », Recollecta Aegyptiaca, 18 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1030, accessed 14 août 2022.

Pdf:Hartenstein 2021 Déesse au pot IES-NI-5066_2

Figure 1. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, détail de la moitié supérieure. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5066. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1833, IES-Spiegelberg-1833 Inventaire indéterminé : 34 Provenance et contexte : Achat d’objets provenant du Nachlass de M. Heintzeler. Acquise en Égypte vers 1890, puis achetée par W. Spiegelberg pour la collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg en septembre 1910.
Dimensions : H. 14,3 cm. L. 10,1 cm. Ép. 1,1 cm.
Couleur charte Munsell :  Engobe brun 5/4 7.5 YR (brown).
Matériau : terre cuite.
Datation : Époque romaine (2 e-3e siècle).

Description

 Cette figurine a été fabriquée à partir d’un moule univalve : seul l’avant est pourvu de détails, l’arrière est complètement lisse. On peut observer aux jointures des deux faces une barbure (figures 4 et 5) qui se détache en relief du reste de la statuette et dont la largeur, inégale, va jusqu’à 0,6 mm par endroits. Un petit trou d’évent (1,4 cm de diamètre) se trouve au niveau du dos (figures 3, 8 et 9) du personnage et la base de l’objet est ouverte (figure 11). À l’origine, une couche d’engobe de couleur brune recouvrait la terre cuite ; elle est encore visible sur la majorité de la surface de la pièce. On distingue également sur les deux faces des traces de la peinture blanche posée par-dessus l’engobe, notamment dans les creux du relief. L’ouverture de la base permet de voir que de la peinture blanche a également été appliquée à l’intérieur, non engobé, de la statuette. Ce pigment est visible jusqu’au fond de la cavité.

     La déesse, qui repose sur un socle, s’appuie sur le flanc gauche, dans une position semi-allongée, les genoux repliés. Elle maintient contre son corps de la main gauche un pot de forme ovoïde, dans lequel elle plonge l’autre main. Sa coiffure, ceinte d’un bandeau au-dessus du front et surmontée d’une couronne (la couronne blanche de Haute-Égypte, que l’on retrouve fréquemment sur les figurines féminines en terre cuite), est composée de quatre boucles qui retombent de part et d’autre des épaules. Des incisions formant un triangle au niveau de la clavicule représentent probablement un collier (le même type de décor est visible sur des parallèles nus). Un drap ou un vêtement ressemblant à un manteau recouvre les bras de la déesse et est enroulé autour de la taille, dévoilant le nombril. Le tissu repose sur les genoux et cache le sexe, des entailles signalent les plis de l’étoffe.

  Figure 2. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Continuer la lecture de « Déesse au pot (IES-NI-5066) »

Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of god Harpokrates holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was probably deposited by the Louvre Museum in 1921, from the excavations at Antinoe.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068) », Recollecta Aegyptiaca, 25 septembre 2020, https://recaeg.hypotheses.org/527, accessed 14 août 2022.

Pdf: Hartenstein 2020 Harpocrate au pot IES-NI-5068_2

 

Figure 1. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, détail du torse. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire :
Numéro actuel : IES-NI-5068.
Ancien numéro : IES-Montet/Bucher-2710A.
Dimensions :
H. : 19 cm. L. : 7 cm. Ép. : 4,6 cm.

Couleur charte Munsell :
Surface érodée 7.5 YR 4/3 (brown).

Engobe brun 7.5 YR 5/4 (brown).

Provenance :
vraisemblablement Antinoé ?
Matériau : Terre cuite moulée à engobe brun, recouvert de peinture blanche. Datation : Époque gréco-romaine.

Description

La figurine est recouverte d’un engobe brun visible par endroits, lui-même masqué par une peinture blanche, encore présente dans les creux de l’objet (aucune trace de pigment d’une autre couleur n’est visible). La pièce a probablement été réalisée à partir d’un moule univalve : l’arrière, qui comporte un trou d’évent, est complètement lisse et ne comprend aucun détail moulé (figures 3, 8 et 9), contrairement à l’avant de la figurine. De plus, depuis la base ouverte (figure 11), on constate que l’épaisseur de la moitié arrière est plus fine, en contraste avec la quantité de pâte employée pour remplir le moule de la partie avant. À côté des barbures observables sur les jointures, on note quelques traces de lissage, sans doute réalisées avec un outil (figure 5), à l’arrière du coude gauche par exemple. Des empreintes de doigts sont visibles à l’intérieur de l’objet, du côté du dos, liées au modelage accompli par l’artisan.

     Le dieu Harpocrate, reconnaissable à la mèche de l’enfance visible à droite du visage, se tient debout sur une base. Il est vêtu d’une longue tunique à manches courtes, qui le recouvre depuis les deux boutons de lotus placés sur la tête et tenus par un bandeau, jusqu’aux chevilles. On peut observer sur la poitrine un relief ovoïde, qui pourrait représenter un pendentif. Un pénis disproportionné apparaît entre les deux pieds qui dépassent du vêtement. Le dieu plonge la main droite dans un pot de forme ovoïde, qu’il tient serré contre son flanc gauche.

Figure 2. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg.

Continuer la lecture de « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068) »

Les figurines d’Harpocrate au pot de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Les figurines d’Harpocrate au pot de la collection égyptienne de l’Université de Strasbourg », Recollecta Aegyptiaca, 6 août 2020, https://recaeg.hypotheses.org/501, accessed 14 août 2022.

La figure d’Harpocrate au pot est la plus répandue1 des représentations de cette divinité durant la période gréco-romaine. Ce dieu-enfant peut adopter différentes attitudes (chevauchant un lion ou une oie, tenant une corne d’abondance ou encore assis sur une fleur de lotus), mais sa posture est souvent la même : il porte un doigt à la bouche (pour le sucer), geste typique des enfants dans l’art égyptien. Il existe cependant plusieurs variétés d’Harpocrate au pot : le dieu peut être assis ou appuyé à un pilier, plonger sa main dans le récipient qu’il tient ou la porter à la bouche. Les chercheurs ont longtemps pensé que le pot contenait de l’eau du Nil et faisait référence à une libation rituelle, mais M. Malaise2 a montré de manière convaincante que son contenu était plutôt une bouillie destinée aux enfants, que le dieu était en train de manger. À travers cette représentation, Harpocrate assure à ses petits protégés l’abondance de la nourriture qui leur est nécessaire. La collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg comporte quatre figurines en terre cuite représentant Harpocrate au pot : il est assis pour trois d’entre elles (IES-NI-0618, 0645, et 6122) et se tient debout sur la dernière (IES-NI-5068).

Bibliographie générale

  • Dunand, Françoise, 1979, Religion populaire en Égypte romaine, Leiden, p. 74-75.
  • Dunand, Françoise, 1990, Catalogue des terres cuites gréco-romaines d’Égypte (Louvre), Paris.
  • Malaise, Michel, 1991, « Harpocrate au pot », in Ursula Verhoeven, Erhart Graefe (éd.), Religion und Philosophie im alten Ägypten: Festgabe für Philippe Derchain zu seinem 65. Geburtstag am 24. Juli 1991, Leuven, (OLA 39), p. 219-232.
  • Malaise, Michel, 1994, « Questions d’iconographie harpocratique soulevées par des terres cuites d’Égypte gréco-romaine », in Catherine Berger, Gisèle Clerc et Nicolas Grimal, Hommages à Jean Leclant, volume 3, Le Caire (BDE 106/3), p. 373-384.
  • Malaise, Michel, 2000, « Harpocrate : problèmes posés par l’étude d’un dieu égyptien à l’époque gréco-romaine », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques 11 (7-12), p. 401-431, https://www.persee.fr/doc/barb_0001-4133_2000_num_11_7_23369.
  • Meeks, Dimitri, 2010, « Harpocrates » in Iconography of Deities and Demons in the Ancient Near Est. http://www.religionswissenschaft.uzh.ch/idd/prepublications/e_idd_illustrations_harpocrates.pdf
  • Sandri, Sandra,2006, Har-pa-chered (Harpokrates). Die Genese eines ägyptischen Götterkindes, Leuven, (OLA 151) .
  1. Malaise 1991. []
  2. Ibidem ; Malaise 2000. []

Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-6211)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède

Abstract: publication of a terracotta figurine of god Harpokrates holding a pot. The piece, discovered in Tanis by Pierre Montet between WWI and WWII, is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-6211) », Recollecta Aegyptiaca, 30 juillet 2020, https://recaeg.hypotheses.org/386, accessed 14 août 2022.

Pdf : Hartenstein 2020, Harpocrate au pot IES-NI-6122_2_light

Figure 1. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-6211, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg. Voir les autres clichés à la fin de l’article.
Numéros d’inventaire :
Numéro actuel IES-NI-6211.
Ancien numéro IES-Montet / Bucher-2175.
Provenance : Tanis.
Dimensions : H. : 9,5 cm L. : 6,5 cm Ép. : 7,6 cm Matériau : Terre cuite moulée à engobe brun.
Couleur charte Munsell :
engobe 2.5 YR 4/5
Surface érodée 7.5YR 5/5
Datation : Époque gréco-romaine.

Description

La figurine est recouverte d’un engobe brun, qui s’est partiellement érodé, notamment sur le dessous. Elle a probablement été réalisée à partir d’un moule bivalve ; on observe clairement le long des flancs de l’objet une fine barbure (par exemple sur la vue de trois quarts avant droite, figure 4), formée par l’excédent de terre à la jointure des deux moules. Des plans de lissage après démoulage sont visibles notamment sur l’épaule gauche (vue de trois quarts arrière gauche, figure 9). Au dos de la figurine se trouve un trou d’évent.

Continuer la lecture de « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-6211) »

Le projet photographique de W. Spiegelberg et la collection de plaques de verre de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg (Spiegelberg-Montet)

Vidéo de la conférence du 16 mars 2016, par Frédéric Colin et Cassandre Hartenstein

Dans le cadre du colloque Plaques photographiques : fabrication et diffusion du savoir, organisé à l’Université de Strasbourg les 16 et 17 mars 2016 par Denise Borlée et Hervé Doucet (EA ARCHE), Frédéric Colin (directeur de la collection égyptienne) et Cassandre Hartenstein ont présenté une partie des résultats de leurs recherches sur les archives et plaques photographiques de l’Institut d’égyptologie.

Pour voir la vidéo, cliquez ici : https://www.canal-u.tv/video/uds/le_projet_photographique_de_w_spiegelberg_et_la_collection_de_plaques_de_verre_de_l_institut_d_egyptologie_de_strasbourg_spiegelberg_montet.21467

Comment citer cette vidéo : Frédéric Colin et Cassandre Hartenstein, « Le projet photographique de W. Spiegelberg et la collection de plaques de verre de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg (Spiegelberg-Montet) », communication dans le cadre du colloque Plaques photographiques : fabrication et diffusion du savoir, organisé à l’Université Strasbourg par Denise Borlée et Hervé Doucet, 16 mars 2016, https://www.canal-u.tv/video/uds/le_projet_photographique_de_w_spiegelberg_et_la_collection_de_plaques_de_verre_de_l_institut_d_egyptologie_de_strasbourg_spiegelberg_montet.21467, consulté le XXX.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search