Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of a bronze plate, with two cartouches in the name of Akhenaton. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1905 in Egypt.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112) », Recollecta Aegyptiaca, 31 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1066, accessed 4 décembre 2021.

Pdf:Hartenstein 2021 Plaque Akhénaton IES-NI-1112_1

 

Figure 1. Plaque en alliage cuivreux au nom d’Akhenaton  IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg

 

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-1112. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1620, IES-Spiegelberg-1620.

Provenance et contexte :

Achat sur le marché des antiquités au Caire en mars-mai 1905 par W. Spiegelberg.

Dimensions : H. 3,9 cm. L. 4,9 cm. Ép. 0,7 cm.
Couleur charte Munsell : 7.5 YR 3/2 (dark brown).
Matériau : Alliage cuivreux (bronze ?).
Datation : Nouvel Empire, an 5 à 18 d’Akhénaton.

Description

Cette plaque comportant deux cartouches aux noms du pharaon Akhenaton est constituée d’un alliage cuivreux et les hiéroglyphes ont été gravés. Seule la marge à droite des cartouches semble d’origine ; celle de gauche et celle du bas (qui préserve les cartouches) sont en dents de scie et non rectilignes. La partie supérieure des cartouches est tronquée, mais les hiéroglyphes sont complets. On observe que l’extrémité inférieure de la plaque est enroulée sur elle-même. De même, dans l’angle en haut à gauche au recto, un petit pan de métal est replié. L’artefact est donc incomplet. Par ailleurs, le départ d’un troisième cartouche à gauche, est visible à deux endroits (voir figure 2).

     La plaque est fissurée deux fois au travers du cartouche de gauche ; sa fine épaisseur la rend très fragile.

Figure 2. Plaque en alliage cuivreux au nom d’Akhenaton  IES-NI-1112 © Fr. Colin, Université de Strasbourg Continuer la lecture de « Une plaque en bronze au nom d’Akhenaton (IES-NI-1112) »

Déesse au pot (IES-NI-5066)

 

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of a goddess holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1910.

 

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Déesse au pot (IES-NI-5066) », Recollecta Aegyptiaca, 18 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1030, accessed 4 décembre 2021.

Pdf:Hartenstein 2021 Déesse au pot IES-NI-5066_2

Figure 1. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, détail de la moitié supérieure. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5066. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1833, IES-Spiegelberg-1833 Inventaire indéterminé : 34 Provenance et contexte : Achat d’objets provenant du Nachlass de M. Heintzeler. Acquise en Égypte vers 1890, puis achetée par W. Spiegelberg pour la collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg en septembre 1910.
Dimensions : H. 14,3 cm. L. 10,1 cm. Ép. 1,1 cm.
Couleur charte Munsell :  Engobe brun 5/4 7.5 YR (brown).
Matériau : terre cuite.
Datation : Époque romaine (2 e-3e siècle).

Description

 Cette figurine a été fabriquée à partir d’un moule univalve : seul l’avant est pourvu de détails, l’arrière est complètement lisse. On peut observer aux jointures des deux faces une barbure (figures 4 et 5) qui se détache en relief du reste de la statuette et dont la largeur, inégale, va jusqu’à 0,6 mm par endroits. Un petit trou d’évent (1,4 cm de diamètre) se trouve au niveau du dos (figures 3, 8 et 9) du personnage et la base de l’objet est ouverte (figure 11). À l’origine, une couche d’engobe de couleur brune recouvrait la terre cuite ; elle est encore visible sur la majorité de la surface de la pièce. On distingue également sur les deux faces des traces de la peinture blanche posée par-dessus l’engobe, notamment dans les creux du relief. L’ouverture de la base permet de voir que de la peinture blanche a également été appliquée à l’intérieur, non engobé, de la statuette. Ce pigment est visible jusqu’au fond de la cavité.

     La déesse, qui repose sur un socle, s’appuie sur le flanc gauche, dans une position semi-allongée, les genoux repliés. Elle maintient contre son corps de la main gauche un pot de forme ovoïde, dans lequel elle plonge l’autre main. Sa coiffure, ceinte d’un bandeau au-dessus du front et surmontée d’une couronne (la couronne blanche de Haute-Égypte, que l’on retrouve fréquemment sur les figurines féminines en terre cuite), est composée de quatre boucles qui retombent de part et d’autre des épaules. Des incisions formant un triangle au niveau de la clavicule représentent probablement un collier (le même type de décor est visible sur des parallèles nus). Un drap ou un vêtement ressemblant à un manteau recouvre les bras de la déesse et est enroulé autour de la taille, dévoilant le nombril. Le tissu repose sur les genoux et cache le sexe, des entailles signalent les plis de l’étoffe.

  Figure 2. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Continuer la lecture de « Déesse au pot (IES-NI-5066) »