Déesse au pot (IES-NI-5066)

 

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of a goddess holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1910.

 

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Déesse au pot (IES-NI-5066) », Recollecta Aegyptiaca, 18 janvier 2021, https://recaeg.hypotheses.org/1030, accessed 24 octobre 2021.

Pdf:Hartenstein 2021 Déesse au pot IES-NI-5066_2

Figure 1. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, détail de la moitié supérieure. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5066. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1833, IES-Spiegelberg-1833 Inventaire indéterminé : 34 Provenance et contexte : Achat d’objets provenant du Nachlass de M. Heintzeler. Acquise en Égypte vers 1890, puis achetée par W. Spiegelberg pour la collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg en septembre 1910.
Dimensions : H. 14,3 cm. L. 10,1 cm. Ép. 1,1 cm.
Couleur charte Munsell :  Engobe brun 5/4 7.5 YR (brown).
Matériau : terre cuite.
Datation : Époque romaine (2 e-3e siècle).

Description

 Cette figurine a été fabriquée à partir d’un moule univalve : seul l’avant est pourvu de détails, l’arrière est complètement lisse. On peut observer aux jointures des deux faces une barbure (figures 4 et 5) qui se détache en relief du reste de la statuette et dont la largeur, inégale, va jusqu’à 0,6 mm par endroits. Un petit trou d’évent (1,4 cm de diamètre) se trouve au niveau du dos (figures 3, 8 et 9) du personnage et la base de l’objet est ouverte (figure 11). À l’origine, une couche d’engobe de couleur brune recouvrait la terre cuite ; elle est encore visible sur la majorité de la surface de la pièce. On distingue également sur les deux faces des traces de la peinture blanche posée par-dessus l’engobe, notamment dans les creux du relief. L’ouverture de la base permet de voir que de la peinture blanche a également été appliquée à l’intérieur, non engobé, de la statuette. Ce pigment est visible jusqu’au fond de la cavité.

     La déesse, qui repose sur un socle, s’appuie sur le flanc gauche, dans une position semi-allongée, les genoux repliés. Elle maintient contre son corps de la main gauche un pot de forme ovoïde, dans lequel elle plonge l’autre main. Sa coiffure, ceinte d’un bandeau au-dessus du front et surmontée d’une couronne (la couronne blanche de Haute-Égypte, que l’on retrouve fréquemment sur les figurines féminines en terre cuite), est composée de quatre boucles qui retombent de part et d’autre des épaules. Des incisions formant un triangle au niveau de la clavicule représentent probablement un collier (le même type de décor est visible sur des parallèles nus). Un drap ou un vêtement ressemblant à un manteau recouvre les bras de la déesse et est enroulé autour de la taille, dévoilant le nombril. Le tissu repose sur les genoux et cache le sexe, des entailles signalent les plis de l’étoffe.

  Figure 2. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Continuer la lecture de « Déesse au pot (IES-NI-5066) »

Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of god Harpokrates holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was probably deposited by the Louvre Museum in 1921, from the excavations at Antinoe.

Cite this article as: Cassandre Hartenstein, « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068) », Recollecta Aegyptiaca, 25 septembre 2020, https://recaeg.hypotheses.org/527, accessed 24 octobre 2021.

Pdf: Hartenstein 2020 Harpocrate au pot IES-NI-5068_2

 

Figure 1. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, détail du torse. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire :
Numéro actuel : IES-NI-5068.
Ancien numéro : IES-Montet/Bucher-2710A.
Dimensions :
H. : 19 cm. L. : 7 cm. Ép. : 4,6 cm.

Couleur charte Munsell :
Surface érodée 7.5 YR 4/3 (brown).

Engobe brun 7.5 YR 5/4 (brown).

Provenance :
vraisemblablement Antinoé ?
Matériau : Terre cuite moulée à engobe brun, recouvert de peinture blanche. Datation : Époque gréco-romaine.

Description

La figurine est recouverte d’un engobe brun visible par endroits, lui-même masqué par une peinture blanche, encore présente dans les creux de l’objet (aucune trace de pigment d’une autre couleur n’est visible). La pièce a probablement été réalisée à partir d’un moule univalve : l’arrière, qui comporte un trou d’évent, est complètement lisse et ne comprend aucun détail moulé (figures 3, 8 et 9), contrairement à l’avant de la figurine. De plus, depuis la base ouverte (figure 11), on constate que l’épaisseur de la moitié arrière est plus fine, en contraste avec la quantité de pâte employée pour remplir le moule de la partie avant. À côté des barbures observables sur les jointures, on note quelques traces de lissage, sans doute réalisées avec un outil (figure 5), à l’arrière du coude gauche par exemple. Des empreintes de doigts sont visibles à l’intérieur de l’objet, du côté du dos, liées au modelage accompli par l’artisan.

     Le dieu Harpocrate, reconnaissable à la mèche de l’enfance visible à droite du visage, se tient debout sur une base. Il est vêtu d’une longue tunique à manches courtes, qui le recouvre depuis les deux boutons de lotus placés sur la tête et tenus par un bandeau, jusqu’aux chevilles. On peut observer sur la poitrine un relief ovoïde, qui pourrait représenter un pendentif. Un pénis disproportionné apparaît entre les deux pieds qui dépassent du vêtement. Le dieu plonge la main droite dans un pot de forme ovoïde, qu’il tient serré contre son flanc gauche.

Figure 2. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg.

Continuer la lecture de « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068) »

Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: This is the first article in a series devoted to scientific exchanges between Jean Capart, curator at the Musée du Cinquantenaire in Brussels and founder of Belgian Egyptology, and Wilhelm Spiegelberg, professor at the German University of Strasbourg and founder of an Egyptian collection and an institute for Egyptology. The purpose of this series is to celebrate the 120th anniversary of the first encounter of these scholars. The editing of an epistolary report written by the German scholar on the acquisitions made by Jean Capart, who had recently returned from a trip to Egypt, shows that Wilhelm Spiegelberg understood the significance of some interesting pieces long before other authors published them. His letter also illustrates the interest in art history and archaeology shown by this scholar, who is best known for his philological expertise.

Cite this article as: Frédéric Colin, « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) », Recollecta Aegyptiaca, 18 juillet 2020, https://recaeg.hypotheses.org/118, accessed 24 octobre 2021.

Pdf : Colin 2020, Spiegelberg, Capart, Amitié savante (I)_light

Rapport épistolaire de Wilhelm Spiegelberg adressé à Eugène Van Overloop, feuillet 1 (cliché Fr. Colin). Voir plus bas pour les feuillets suivants.

Introduction

Nous vivrons dans quelques mois l’anniversaire des 120 ans d’amitié scientifique1 entre Wilhelm Spiegelberg (1870-1930), professeur à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg – le plus grand démotisant et un des plus grands égyptologues de tous les temps –, et Jean Capart (1877-1947), conservateur au Musée du Cinquantenaire2 à Bruxelles, considéré à juste titre comme le fondateur de l’égyptologie belge. Le premier imprima durablement sa marque sur le dispositif de recherche et de formation de l’université alsacienne, notamment en rassemblant une belle collection d’artefacts égyptiens, le second constitua une section et une bibliothèque égyptologiques au musée bruxellois (dernièrement renommé « Musée Art & Histoire »), et inaugura un enseignement à l’Université de Liège, sans lequel plusieurs générations d’égyptologues n’auraient pas vu le jour en Belgique. Continuer la lecture de « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) »

  1. Je remercie Mme Valérie Montens pour son aimable accueil en 2008 au service des archives du musée, lorsque j’y ai mené l’enquête dont est issu ce premier épisode d’une série conçue pour célébrer l’anniversaire des 120 ans de la rencontre de J. Capart et W. Spiegelberg. []
  2. Pour désigner ce musée, qui changea plusieurs fois de nom au cours de son histoire, nous utilisons ici l’expression qu’emploient couramment les echte Brusseleirs. []