Une coupe à scorpions inspirée de l’imagerie C-ware, probable faux moderne (IES-NI-5451)

Par Axelle Brémont, Institut français d’archéologie orientale

Abstract: A red-slipped shallow bowl with whitish painted decoration, held at the Institut d’Égyptologie under the number IES-NI-5451, represents a coiled snake with four scorpions. Although the technique and repertoire is reminiscent of C-ware pottery, careful examination of the motifs’ morphology and ceramic shape, as well as a very close parallel held in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, allow to determine that it is in fact most probably a forgery, executed in the style of Predynastic pottery on a (most likely authentic) late Old Kingdom Meidum bowl.

Cite this article as: Axelle Brémont, « Une coupe à scorpions inspirée de l’imagerie C-ware, probable faux moderne (IES-NI-5451) », Recollecta Aegyptiaca, 29 janvier 2023, https://recaeg.hypotheses.org/1705, accessed 29 novembre 2023.

 

Pdf : Brémont 2022_Vase_prédynastique_IES_NI_5451_3_light

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link: https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.c911qf8e.

Figure 1. Décor peint de la coupe IES-NI-5451, vue orthographique du dessus d’après le modèle 3D IES-MOD-NI-5451-1 (Khattab 2023). Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.f52e626t.
Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5451. Anciens numéros : IES-Spiegelberg-1878, IES-Montet/Bucher-2820. Provenance et contexte : Acheté par W. Spiegelberg entre février et avril 1911 à Louxor auprès du vendeur Mansur.
Dimensions : Diamètre 20,5 cm x hauteur 8 cm.
Matériau : Céramique polie à engobe rouge.
Datation : Faux moderne ?

Description

La coupe conservée à l’Institut d’Égyptologie de Strasbourg sous le numéro IES-NI-5451 prend l’apparence d’une céramique polie aux parois rouge vif, à décors géométriques et figuratifs de couleur crème, évoquant la catégorie des céramiques décorées d’époque prédynastique dites, depuis W. Flinders Petrie, C-ware ou White Cross-lined ware, produites entre ca. 3700 et 3500 av. J.-C.1 L’état de surface de la peinture est fortement érodé, mais plusieurs traits subsistent sous la forme d’un « fantôme », une trace plus mate visible en lumière rasante à l’emplacement où l’épais trait de pigment était appliqué – un phénomène assez courant sur les artefacts de cette catégorie (e.g. Kantor 1953, Förster 2022, p. 38).

Figure 2. Facsimilé du décor interne de la coupe de Strasbourg (dessin A. Brémont). Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/u/datas/10.34847/nkl.f127jx85.
  1. La décoration, présente exclusivement sur la face interne, adopte une symétrie centrale et alterne des lignes verticales ondulées et des plages de croisillons avec deux couples d’arthropodes, pourvus d’un petit crochet en forme de demi-cercle à l’avant de la tête et d’une queue recourbée en forme de crochet. Il s’agit selon toute vraisemblance de scorpions, malgré la présence d’appendices supplémentaires assez difficilement identifiables (et mal préservés sur les quatre occurrences de l’objet), prenant la forme de trois courts traits de part et d’autre de la tête de l’animal, à l’avant des trois paires de pattes. Les scorpions sont de fait la seule espèce d’arthropodes attestée dans le répertoire prédynastique, et de manière générale l’ensemble de l’art égyptien prête peu d’attention aux créatures petites et nuisibles comme les insectes et les arachnées (Meeks 2010, Evans 2015).
Figure 3 : Coupe IES-NI-5451, modèle IES-MOD-NI-5451-1 (Khattab 2023), partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/oDpLr). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé photogrammétrique et modélisation N. Khattab. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/u/datas/10.34847/nkl.8c5auvl4.
 

Continuer la lecture de « Une coupe à scorpions inspirée de l’imagerie C-ware, probable faux moderne (IES-NI-5451) »

  1. Selon les dernières chronologies de référence radiocarbone, notamment (Dee et al. 2013). []

Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: This is the first article in a series devoted to scientific exchanges between Jean Capart, curator at the Musée du Cinquantenaire in Brussels and founder of Belgian Egyptology, and Wilhelm Spiegelberg, professor at the German University of Strasbourg and founder of an Egyptian collection and an institute for Egyptology. The purpose of this series is to celebrate the 120th anniversary of the first encounter of these scholars. The editing of an epistolary report written by the German scholar on the acquisitions made by Jean Capart, who had recently returned from a trip to Egypt, shows that Wilhelm Spiegelberg understood the significance of some interesting pieces long before other authors published them. His letter also illustrates the interest in art history and archaeology shown by this scholar, who is best known for his philological expertise.

Cite this article as: Frédéric Colin, « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) », Recollecta Aegyptiaca, 18 juillet 2020, https://recaeg.hypotheses.org/118, accessed 29 novembre 2023.

Pdf : Colin 2020, Spiegelberg, Capart, Amitié savante (I)_light

Rapport épistolaire de Wilhelm Spiegelberg adressé à Eugène Van Overloop, feuillet 1 (cliché Fr. Colin). Voir plus bas pour les feuillets suivants.

Introduction

Nous vivrons dans quelques mois l’anniversaire des 120 ans d’amitié scientifique1 entre Wilhelm Spiegelberg (1870-1930), professeur à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg – le plus grand démotisant et un des plus grands égyptologues de tous les temps –, et Jean Capart (1877-1947), conservateur au Musée du Cinquantenaire2 à Bruxelles, considéré à juste titre comme le fondateur de l’égyptologie belge. Le premier imprima durablement sa marque sur le dispositif de recherche et de formation de l’université alsacienne, notamment en rassemblant une belle collection d’artefacts égyptiens, le second constitua une section et une bibliothèque égyptologiques au musée bruxellois (dernièrement renommé « Musée Art & Histoire »), et inaugura un enseignement à l’Université de Liège, sans lequel plusieurs générations d’égyptologues n’auraient pas vu le jour en Belgique. Continuer la lecture de « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) »

  1. Je remercie Mme Valérie Montens pour son aimable accueil en 2008 au service des archives du musée, lorsque j’y ai mené l’enquête dont est issu ce premier épisode d’une série conçue pour célébrer l’anniversaire des 120 ans de la rencontre de J. Capart et W. Spiegelberg. []
  2. Pour désigner ce musée, qui changea plusieurs fois de nom au cours de son histoire, nous utilisons ici l’expression qu’emploient couramment les echte Brusseleirs. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search