Une statuette de sphinx en pierre au nom de Psammétique Ier (IES-NI-5286)

Par Frédéric Colin, Chaire Marc Bloch de l’University of Strasbourg Institute for Advanced Study, CNRS, UMR 7044 Archimède

Abstract: Publication of a stone sphinx statuette, which was bought by W. Spiegelberg in Cairo in 1902/1903. The curious inscription bearing the title of Psammetichus I may be a secondary addition in order to customize the sculpture. By purchasing a small portable figure of this type, the customer was perhaps acquiring the devotional copy of a larger royal image belonging to a temple, which was a focus of some special worship within the local community. This humble artwork may have assumed a votive function, if the purchaser intended to offer it in a shrine, or a commemorative function, if it was an expression of his personal piety towards the king in the private sphere of the household.

 

Pdf : Colin 2022, Sphinx_en_pierre_IES_NI_5286_3-avec compression_1

The figures in this article are permanently stored on nakala and freely available in full resolution by following this link:

https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.76de2zda

Figure 1 : Statuette IES-NI-5286, vues orthographiques de devant, de derrière, de droite, de gauche, du haut et du bas, du modèle IES_MOD_NI_5286_A_1 (voir Colin 2022). Relevé photogrammétrique et modélisation Fr. Colin. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9acbq87b.
Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5286. Anciens numéros : IES-Spiegelberg-1394, IES-Montet/Bucher-1394.

Provenance et contexte :

Acquis par W. Spiegelberg sur le marché des antiquités au Caire, lors d’un séjour en hiver 1902/1903.

Dimensions : Hauteur maximale 7 cm. Longueur maximale 12,7 cm. Largeur maximale 6,11 cm. Épaisseur du socle régulière, entre 1,51 et 1,58 cm.
Matériau : Calcaire patiné couvert de diverses substances.
Datation : Règne de Psammétique Ier, si l’inscription du socle est authentique.

1. Description

La pièce s’est brisée transversalement à l’axe du sphinx, suivant une ligne de fracture irrégulière et légèrement de biais par rapport à la perpendiculaire. Toute la partie antérieure est perdue, épaules, tête et pattes, dont on ignore si elles tenaient un objet ou étaient posées à plat comme la majorité des exemples connus. De la coiffe il ne reste que la queue à l’arrière du némès. Par comparaison avec des exemplaires complets, la longueur de la statuette peut s’être réduite d’un peu moins de la moitié, ce qui supposerait une dimension d’origine autour d’une vingtaine de cm. L’objet est par ailleurs bien conservé. On observe quelques éclats sur les arêtes des bords du socle, à gauche et à droite, et à son angle postérieur droit. Des ébréchures affectent aussi la queue de l’animal près de son extrémité ainsi qu’au contact des métatarses droits. Le grasset droit est bosselé, tandis qu’à l’emplacement du genou symétrique, à gauche, la surface est érodée, ce qui laisse apparaître le cœur de la pierre sous la croûte de surface. Cette dernière est composée d’un premier niveau de couleur blanche, recouvert de résidus d’une croûte brune orangée conservée en plaquettes, à des degrés divers, sur l’ensemble de la pièce. Une étude archéométrique permettrait de déterminer la composition de ces restes de matière pigmentée, qui paraissent d’origine. De même, diverses taches peut-être ultérieures à l’abandon de l’objet dans le gisement, et peut-être aussi post-découverte, mériteraient une identification chimique.

Figure 2 : Statuette IES-NI-5286, vue du côté droit. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.97bb7108.
Figure 3 : Statuette IES-NI-5286, vue du côté gauche. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3fc3104m.
Figure 4 : Statuette IES-NI-5286, vue du dessus. Cliché Fr. Colin, 2022. Identifiant et stockage pérennes : https://nakala.fr/10.34847/nkl.9fbfr58i.
  1. Les côtes sont rendues par des sillons nets, arqués vers l’avant. Le pli de peau descendant sur chaque flanc depuis le tibia vers l’avant du corps est indiqué par une rupture de pente bien marquée. Deux légers creux convergent vers la queue à l’approche des hanches (observer le modèle 3D en mode matcap, sur sketchfab fig. 5), tandis que le départ du péroné depuis les jarrets est également rendu par des sillons, y compris du côté droit partiellement couvert par la queue enroulée. Les testicules, parfois sculptés près du départ de la queue, ne sont pas représentés. Les quatre doigts des pattes postérieures sont figurés, les trois intérieurs par des boudins qui se terminent par l’articulation métatarses-phalanges, le quatrième, extérieur, par un léger relief gravé en retrait des précédents.
Figure 5 : Statuette IES-NI-5286, modèle IES-MOD-NI-5286-A-1, partagé sur Sketchfab (https://skfb.ly/oBZ6F). Le chargement du modèle prend quelques secondes en raison de sa résolution élevée. Relevé et modélisation Fr. Colin, 2022. Combinaisons tablette ou clavier pour faire pivoter l’éclairage : déplacement à 3 doigts ou ALT + bouton gauche de la souris. Lighting Rotate lighting: 3-finger drag or ALT + Left Mouse Button.
 

Continuer la lecture de « Une statuette de sphinx en pierre au nom de Psammétique Ier (IES-NI-5286) »

Déesse au pot (IES-NI-5066)

 

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

 

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of a goddess holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was bought in 1910.

 

Pdf:Hartenstein 2021 Déesse au pot IES-NI-5066_2

Figure 1. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, détail de la moitié supérieure. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire : Numéro actuel : IES-NI-5066. Anciens numéros : IES-Montet/Bucher-1833, IES-Spiegelberg-1833 Inventaire indéterminé : 34 Provenance et contexte : Achat d’objets provenant du Nachlass de M. Heintzeler. Acquise en Égypte vers 1890, puis achetée par W. Spiegelberg pour la collection de l’Institut d’égyptologie de Strasbourg en septembre 1910.
Dimensions : H. 14,3 cm. L. 10,1 cm. Ép. 1,1 cm.
Couleur charte Munsell :  Engobe brun 5/4 7.5 YR (brown).
Matériau : terre cuite.
Datation : Époque romaine (2 e-3e siècle).

Description

 Cette figurine a été fabriquée à partir d’un moule univalve : seul l’avant est pourvu de détails, l’arrière est complètement lisse. On peut observer aux jointures des deux faces une barbure (figures 4 et 5) qui se détache en relief du reste de la statuette et dont la largeur, inégale, va jusqu’à 0,6 mm par endroits. Un petit trou d’évent (1,4 cm de diamètre) se trouve au niveau du dos (figures 3, 8 et 9) du personnage et la base de l’objet est ouverte (figure 11). À l’origine, une couche d’engobe de couleur brune recouvrait la terre cuite ; elle est encore visible sur la majorité de la surface de la pièce. On distingue également sur les deux faces des traces de la peinture blanche posée par-dessus l’engobe, notamment dans les creux du relief. L’ouverture de la base permet de voir que de la peinture blanche a également été appliquée à l’intérieur, non engobé, de la statuette. Ce pigment est visible jusqu’au fond de la cavité.

     La déesse, qui repose sur un socle, s’appuie sur le flanc gauche, dans une position semi-allongée, les genoux repliés. Elle maintient contre son corps de la main gauche un pot de forme ovoïde, dans lequel elle plonge l’autre main. Sa coiffure, ceinte d’un bandeau au-dessus du front et surmontée d’une couronne (la couronne blanche de Haute-Égypte, que l’on retrouve fréquemment sur les figurines féminines en terre cuite), est composée de quatre boucles qui retombent de part et d’autre des épaules. Des incisions formant un triangle au niveau de la clavicule représentent probablement un collier (le même type de décor est visible sur des parallèles nus). Un drap ou un vêtement ressemblant à un manteau recouvre les bras de la déesse et est enroulé autour de la taille, dévoilant le nombril. Le tissu repose sur les genoux et cache le sexe, des entailles signalent les plis de l’étoffe.

  Figure 2. Figurine en terre cuite d’une déesse tenant un  pot IES-NI-5066, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg Continuer la lecture de « Déesse au pot (IES-NI-5066) »

Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068)

Par Cassandre Hartenstein, Université de Strasbourg, CNRSUMR 7044 Archimède

Abstract: notice of an unpublished terracotta figurine of god Harpokrates holding a pot. The piece is located in the Institute of Egyptology of the University of Strasbourg and was probably deposited by the Louvre Museum in 1921, from the excavations at Antinoe.

Pdf: Hartenstein 2020 Harpocrate au pot IES-NI-5068_2

 

Figure 1. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, détail du torse. © Fr. Colin, Université de Strasbourg

Numéros d’inventaire :
Numéro actuel : IES-NI-5068.
Ancien numéro : IES-Montet/Bucher-2710A.
Dimensions :
H. : 19 cm. L. : 7 cm. Ép. : 4,6 cm.

Couleur charte Munsell :
Surface érodée 7.5 YR 4/3 (brown).

Engobe brun 7.5 YR 5/4 (brown).

Provenance :
vraisemblablement Antinoé ?
Matériau : Terre cuite moulée à engobe brun, recouvert de peinture blanche. Datation : Époque gréco-romaine.

Description

La figurine est recouverte d’un engobe brun visible par endroits, lui-même masqué par une peinture blanche, encore présente dans les creux de l’objet (aucune trace de pigment d’une autre couleur n’est visible). La pièce a probablement été réalisée à partir d’un moule univalve : l’arrière, qui comporte un trou d’évent, est complètement lisse et ne comprend aucun détail moulé (figures 3, 8 et 9), contrairement à l’avant de la figurine. De plus, depuis la base ouverte (figure 11), on constate que l’épaisseur de la moitié arrière est plus fine, en contraste avec la quantité de pâte employée pour remplir le moule de la partie avant. À côté des barbures observables sur les jointures, on note quelques traces de lissage, sans doute réalisées avec un outil (figure 5), à l’arrière du coude gauche par exemple. Des empreintes de doigts sont visibles à l’intérieur de l’objet, du côté du dos, liées au modelage accompli par l’artisan.

     Le dieu Harpocrate, reconnaissable à la mèche de l’enfance visible à droite du visage, se tient debout sur une base. Il est vêtu d’une longue tunique à manches courtes, qui le recouvre depuis les deux boutons de lotus placés sur la tête et tenus par un bandeau, jusqu’aux chevilles. On peut observer sur la poitrine un relief ovoïde, qui pourrait représenter un pendentif. Un pénis disproportionné apparaît entre les deux pieds qui dépassent du vêtement. Le dieu plonge la main droite dans un pot de forme ovoïde, qu’il tient serré contre son flanc gauche.

Figure 2. Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot IES-NI-5068, vue de face. © Fr. Colin, Université de Strasbourg.

Continuer la lecture de « Figurine en terre cuite d’Harpocrate au pot (IES-NI-5068) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search