Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I)

Par Frédéric Colin, Université de Strasbourg, CNRS, UMR 7044 Archimède, Fellow USIAS

Abstract: This is the first article in a series devoted to scientific exchanges between Jean Capart, curator at the Musée du Cinquantenaire in Brussels and founder of Belgian Egyptology, and Wilhelm Spiegelberg, professor at the German University of Strasbourg and founder of an Egyptian collection and an institute for Egyptology. The purpose of this series is to celebrate the 120th anniversary of the first encounter of these scholars. The editing of an epistolary report written by the German scholar on the acquisitions made by Jean Capart, who had recently returned from a trip to Egypt, shows that Wilhelm Spiegelberg understood the significance of some interesting pieces long before other authors published them. His letter also illustrates the interest in art history and archaeology shown by this scholar, who is best known for his philological expertise.

Cite this article as: Frédéric Colin, « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) », Recollecta Aegyptiaca, 18 juillet 2020, https://recaeg.hypotheses.org/118, accessed 27 septembre 2020.

Pdf : Colin 2020, Spiegelberg, Capart, Amitié savante (I)_light

Rapport épistolaire de Wilhelm Spiegelberg adressé à Eugène Van Overloop, feuillet 1 (cliché Fr. Colin). Voir plus bas pour les feuillets suivants.

Introduction

Nous vivrons dans quelques mois l’anniversaire des 120 ans d’amitié scientifique1 entre Wilhelm Spiegelberg (1870-1930), professeur à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg – le plus grand démotisant et un des plus grands égyptologues de tous les temps –, et Jean Capart (1877-1947), conservateur au Musée du Cinquantenaire2 à Bruxelles, considéré à juste titre comme le fondateur de l’égyptologie belge. Le premier imprima durablement sa marque sur le dispositif de recherche et de formation de l’université alsacienne, notamment en rassemblant une belle collection d’artefacts égyptiens, le second constitua une section et une bibliothèque égyptologiques au musée bruxellois (dernièrement renommé « Musée Art & Histoire »), et inaugura un enseignement à l’Université de Liège, sans lequel plusieurs générations d’égyptologues n’auraient pas vu le jour en Belgique. Continuer la lecture de « Wilhelm Spiegelberg, Jean Capart et la collection égyptienne du Cinquantenaire. Une amitié savante entre Strasbourg et Bruxelles (I) »

  1. Je remercie Mme Valérie Montens pour son aimable accueil en 2008 au service des archives du musée, lorsque j’y ai mené l’enquête dont est issu ce premier épisode d’une série conçue pour célébrer l’anniversaire des 120 ans de la rencontre de J. Capart et W. Spiegelberg. []
  2. Pour désigner ce musée, qui changea plusieurs fois de nom au cours de son histoire, nous utilisons ici l’expression qu’emploient couramment les echte Brusseleirs. []